Megaupload : Kim Dotcom cherche-t-il à fuir ?

Marketing

Accusé de piratage, le co-fondateur de la plate-forme de streaming reste en prison en Nouvelle-Zélande. Un faussaire de cartes d’identité aurait cherché à le contacter.

Megaupload coupé du monde, son fondateur Kim Schmitz aussi.

Celui que l’on surnomme “Kim Dotcom” devra vraiment rester en prison en Nouvelle-Zélande.

Il devra attendre l’examen de la demande d’extradition que les autorités américaines ont déposée.

Ce qui devrait se produire le 22 février prochain.

Pourtant, les avocats du co-fondateur trublion de la plate-forme de streaming au coeur d’un scandale pour piratage ont tenté d’extraire Kim Schmitz de prison. Mais l’appel a été rejeté.

Et les autorités américaines ont trouvé un argument de poids pour laisser Kim Schmitz croupir en prison.

Un individu, “connu des forces de police” selon l’expression consacrée pour fabriquer de fausses pièces d’identité, aurait tenté d’entrer en contact avec le détenu.

Pas évident à justifier…Selon Fairfax Media (repris par l’AFP), le co-fondateur de Megaupload a nié tout contact.

“Si des gens devaient m’approcher pour me proposer un tel service, je leur dirais d’aller en enfer” (…) “Je n’ai absolument pas la volonté de fuir.”

Rappelons que, lors de cette arrestation survenue le 20 janvier dans une villa située près d’Auckland, plusieurs passeports et cartes bancaires avec des identités multiples avaient été saisis.

Mais aussi des armes non répertoriés. La coupe est pleine, semble considérer la justice néo-zélandaise.

Si les faits de violation de droit d’auteur, de racket et de blanchiment d’argent à travers le business de Megaupload sont avérés, Kim Schmitz risque 20 ans de prison.

Les ayants droit (musique, cinéma) considèrent que le préjudice est évalué à 500 millions de dollars.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur