Microsoft bride le MP3

Cloud

Selon le Wall Street Journal, l’encodeur MP3 livré avec Windows XP bridera le format le plus populaire de la musique en ligne. Cela afin de favoriser le format de Microsoft, le WMA, moins lourd et doté de la sécurisation des droits d’exploitation. Microsoft justifie son choix par une volonté de ne pas payer de royalties au Fraunhofer Institute, le créateur du format MP3.

Les jours du MP3 seraient-ils comptés ? C’est en tout cas ce que doit espérer Microsoft, parmi d’autres. Selon le Wall Street Journal, les outils d’encodage livrés avec Windows XP, la prochaine version de son système d’exploitation, brideront la qualité d’encodage au format MP3. Microsoft “prévoit de limiter sérieusement la qualité de la musique enregistrée en MP3 avec le logiciel intégré à Windows XP”, peut-on lire dans l’article. Le flux serait limité à 56 Kbits/s au lieu des 128 Kbits/s habituels (voire 64 Kbits/s). Conséquence, la musique serait altérée au point de “sonner comme dans une cabine téléphonique sous l’eau”, déclare P.J. McNealy, un analyste de Gartner Inc.

Microsoft se justifie avec des arguments douteux

Microsoft France confirme l’information. Ce qui n’a rien de surprenant dans la mesure où le MP3 est un format concurrent du Windows Media Audio (WMA) de l’éditeur de Windows ainsi que du RealAudio de RealNetworks. Deux firmes largement impliquées dans les solutions de diffusion de contenus audiovisuels. D’autant plus concurrent que le MP3 reste le format le plus populaire, ne serait-ce qu’à travers l’usage de Napster. En diminuant la qualité sonore du MP3, Microsoft espère que les utilisateurs se tourneront vers un autre format, en l’occurrence le sien dont les fichiers sont, à qualité égale, près de trois fois moins lourds que les morceaux en MP3. “C’est aussi une question de royalties, justifie Xavier Bringué, chef produit Media Player chez Microsoft France, “nous devons verser des droits à Thomson Multimedia/Fraunhofer Institute [le créateur du MP3, Ndlr] pour chaque encodeur MP3 distribué.” Un argument douteux puisque l’encodeur MP3, même bridé, sera bien distribué avec Windows XP. “Je suppose qu’en 56 Kbits/s, les royalties disparaissent”, justifie le chef produit. En fait, elles ne disparaissent pas totalement. Le site du Fraunhofer Institute précise qu’une licence de 100 000 dollars autorise la distribution illimitée d’encodeurs bridés en 56 Kbits/s.

Une stratégie risquée pour Microsoft car le MP3 est largement présent et diffusé sur le réseau, à travers Napster notamment. D’autre part, le successeur du MP3 est en cours de développement. Le MP3Pro sera deux fois moins lourd tout en restant compatible avec les lecteurs actuels (voir édition du 17 janvier 2001). Enfin, ce nouveau format gèrera les droits d’auteur. Fonction absente de l’actuel MP3 et principale raison de sa non-adoption de fait par les principaux éditeurs de musique en ligne (ou alors “encapsulé” dans un module propriétaire comme celui du distributeur Liquid Audio).

Windows XP et les encodeurs concurrents

Certes, les encodeurs habituels (eJay et autres Ultimate Encoder 2000) continueront à générer du MP3 “propre”, c’est à dire à 128 Kbits/s, voire 64 Kbits/s. Mais encore faudra-t-il qu’ils tournent correctement sous Windows XP. Le temps nécessaire à l’optimisation pour le nouvel OS des logiciels concurrents pourrait décourager les mélomanes numériques de les utiliser, ou de mettre à jour leur système d’exploitation. Que chaque éditeur tente de faire valoir son format propriétaire est tout à fait compréhensible et de bonne guerre. Qu’un éditeur refuse de payer des royalties pour faciliter la distribution d’un format concurrent, cela se comprend aisément. Mais pourquoi, dans ce cas, s’obstiner à livrer une version incomplète de l’encodeur MP3 ? “Certains diffuseurs peuvent très bien choisir cette basse qualité audio pour promouvoir leur produits en ligne”, justifie Xavier Bringué. A moins que ce ne soit un moyen de mieux faire ressortir la qualité supérieure du WMA…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur