Microsoft dégaine un framework pour doper la blockchain en entreprise

Bases de donnéesData-stockage
microsoft-coco

Avec le framework Coco, Microsoft promet d’optimiser les performances, la sécurité et la flexibilité des blockchains privées exploitées en entreprise.

Un mécanisme de consensus simplifié, une consommation d’énergie réduite, des débits et une latence avoisinant ceux des bases de données… Autant de promesses faites aux entreprises qui auront greffé, à leurs blockchains, le dénommé Coco.

Microsoft vient de présenter ce framework exploitable sur tout système d’exploitation ou hyperviseur prenant en charge un environnement d’exécution sécurisé (TEE) compatible. En l’occurrence, les Software Guard Extensions (SGX) d’Intel et le Virtual Secure Mode (VSM) de Windows.

Une fois installé, Coco permet la constitution d’un réseau dont tous les nœuds, clairement identifiés, se font, par défaut, pleinement confiance, chacun étant capable de valider, par le biais du TEE, le code qu’il exécute.

Une telle approche permet d’éliminer des mécanismes de consensus tels que le proof-of-work (énergivore) et le proof-of-stake (potentiellement discriminatoire). Elle offre par ailleurs une forme alternative de gouvernance, basée sur une « constitution ».

Cette dernière peut inclure une liste des membres et des participants (lesquels n’ont pas de droit de vote), des nœuds approuvés (chaque membre et chaque participant pouvant en exploiter plusieurs), des codes exécutables et des TEE validés.

coco-schema

Tout changement implique un processus de vote dont les critères doivent être précisés dans cette « constitution » qui s’apparente à un smart contract. Chaque membre et/ou participant dispose d’une voix, indépendamment du nombre de nœuds qui lui sont associés.

Les smart contracts, justement, peuvent, de par le système de gouvernance, n’être exécutés que par un nœud, ce qui doit faciliter l’intégration de paramètres externes (les « oracles » dans le langage de la blockchain).

coco-architecture

Open source en 2018

Coco peut être associé à d’autres algorithmes de consensus, dont ceux de type Paxos, où un nœud fait office de « chef de file » validant toutes les transactions.

En collaboration avec Mojix, fournisseur de technologies IoT et RFID pour la supply chain, un prototype a été mis en place sur la blockchain Ethereum, à partir de TEE hardware Intel SGX et d’une implémentation de mbed TLS pour la communication des nœuds entre eux et avec les applications fonctionnant sur le registre.

Dans son livre blanc, Microsoft évoque des opérations en moyenne « cent fois plus rapides » que sans Coco, avec jusqu’à 1 600 transactions par seconde et une latence de l’ordre de « quelques centaines de millisecondes », contre « 10 à 20 secondes » sur Ethereum.

Il est prévu de reverser, début 2018, le projet en open source.

* À ne pas confondre avec CoCo, pour « Common Objects in Context », du nom d’un jeu de données mises à disposition par les équipes de Microsoft pour la reconnaissance, la classification et le légendage d’images.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur