Microsoft Live Mesh : un bureau en ligne pour mettre en réseau plusieurs terminaux

Cloud

Selon l’éditeur, Live Mesh doit aider à synchroniser et à fédérer les données sauvegardées sur plusieurs équipements.

Longtemps accusé d’avoir accumulé un certain retard en la matière, Microsoft multiplie actuellement les tests et lancements de services en ligne. Ou plutôt les lancements d’offres qu’il définit comme S+S ou “software + services”, à savoir des solutions qui associent des logiciels “traditionnels” et des services en ligne. Après la sortie d’Office Live Workspace en mars 2008 et le lancement plus récent de son projet Albany (consistant à proposer Office et OneCare en mode locatif et avec des services en ligne complémentaires), l’éditeur de Redmond présente aujourd’hui Live Mesh.

“A la base, Live Mesh est un espace de stockage en ligne sur lequel on a ajouté, derrière, la possibilité de synchroniser différents ordinateurs et périphériques”, explique Laurent Ellerbach, responsable marketing de la division Plate-forme et écosystème de Microsoft France. Avant d’ajouter que “l’accès aux données est possible en mode connecté ou déconnecté” puisqu’à chaque connexion les terminaux synchronisent les dernières versions des fichiers.

Actuellement en “technology preview”, c’est-à-dire dans sa toute première phase de développement, Mesh – dont le nom fait référence aux réseaux maillés interconnectant divers équipements – devrait sortir en bêta “prochainement”.

Un espace de cinq gigaoctets

Techniquement, Live Mesh rappelle la nouvelle Time Capsule d’Apple. Sauf que les données ne sont pas ici sauvegardées dans une station de sauvegarde matérielle mais dans un espace en ligne d’une capacité de 5 gigaoctets (dans sa version gratuite actuelle). Autre différence notable : son usage n’est pas limité aux seuls équipements Microsoft mais il sera prochainement ouvert aux Mac, aux téléphones mobiles (tournant sous Windows Mobile) et à d’autres équipements comme les cadres photos numériques, les consoles de jeux ou les baladeurs numériques.

Pour la synchronisation, il faut installer un logiciel client sur chaque machine que l’on souhaite relier au réseau (à la Mesh, en anglais). Mais il est aussi possible de ne rien installer et “d’accéder aux données de cette machine uniquement en mode connecté”, explique Laurent Ellerbach. Il précise que des fichiers peuvent aussi être sauvegardés en ligne dans les dossiers du bureau en ligne (développé en Ajax).

Sécurité

Selon Microsoft, les développeurs auront eux accès à une interface de programmation (API) unique, permettant de concevoir des applications tournant dans “tous” les environnements (qu’elles soient exécutées en ligne, dans un navigateur ou sur un téléphone portable).

Coté sécurité, Microsoft dit avoir tout fait pour que l’utilisateur soit le seul à pouvoir accéder à ses données. Les fichiers sont synchronisés ou transférés au protocole HTTPS (HTTP “sécurisé”) et accessibles par l’intermédiaire de l’identifiant “maison” (Windows Live ID).

Toujours en développement, Live Mesh est pour l’heure réservé aux seuls “testeurs américains”. En dehors de ce continent, les plus impatients ont toutefois la possibilité de localiser leur “Windows ID” aux Etats-Unis pour y accéder (ou d’en créer une nouvelle dans ce pays). Reste à voir ce qu’il adviendra de ce service en dehors de sa version de base, gratuite. “Il n’y a pas de modèle économique derrière pour l’instant. C’est un début et tout reste ouvert”, conclut Laurent Ellerbach.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur