Microsoft se lance dans la diffusion vidéo

Mobilité

A travers un accord de diffusion de films à la demande, Microsoft met en avant son Media Player 7 et sa technologie de gestion des droits et de sécurisation. Une expérience qui permettra peut-être à l’éditeur d’imposer sa technologie.

Rien ne semble résister à Microsoft. Le géant de Redmond s’intéresse maintenant à la diffusion de films cinéma sur le Net. En partenariat avec le distributeur indépendant CinemaNow et le loueur de vidéo Blockbuster, l’éditeur de Windows a annoncé le lancement d’un service en ligne de films à la demande. Heaven’s Burning, avec Russel Crowe, est le premier titre à bénéficier de ce service. Il en coûtera 2,99 dollars pour 48 heures d’accessibilité intégrale. L’utilisateur peut donc revoir le film autant de fois qu’il le souhaite comme s’il avait loué une vidéo pour deux jours. Basé sur le Windows Media Player 7, le film est sécurisé contre la copie par la technologie DRM (Digital media Right Management) de Microsoft. Mieux vaut évidemment être connecté à une liaison haut débit. L’image approchera la qualité VHS à 300 Kbits/s et la qualité DVD à 700 Kbits/s.

Une initiative qui court-circuite les grands studios

Filiale de Lions Gate Entertainment, l’un des plus importants studios indépendants, CinemaNow devrait enrichir prochainement son catalogue avec 800 titres dont les droits de diffusion Internet ont spécialement été négociés avec Trimark Pictures, Allied Artists, Tai Seng Home Video et Salvation Films. Si on y trouve beaucoup de série Z, on ne peut que se réjouir de cette initiative qui prend de court les Majors hollywoodiennes. Pour Microsoft, c’est une occasion pour installer et tester son player sur un marché naissant. Microsoft, qui avait failli rater le train du Web, ne souhaite visiblement pas laisser passer celui de la vidéo à la demande. Pour CinemaNow, c’est un moyen d’exploiter son catalogue sans dépendre des distributeurs. Enfin, pour Blockbuster, c’est l’occasion d’amorcer un virage stratégique pour s’adapter aux nouvelles technologies et médias de diffusion.

Ce service de films à la demande est, à ce jour, limité au seul territoire américain. Un système permet de détecter l’origine de la connexion et rejette les utilisateurs “étrangers”. Nul doute que, si l’expérience s’avère concluante, les Majors hollywoodiennes viennent à rapidement proposer des services similaires. Reste que les vidéoclubs ont encore quelques années devant eux.

Pour en savoir plus :

Le site de CinemaNow.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur