Microsoft s’initie à la censure vocale

Cloud

La firme de Redmond sera bientôt capable de censurer, en temps réel, certains mots ou certaines expressions lors de conversations.

La US Patent & Trademark Office, l’organisme américain de contrôle des marques, vient d’attribuer à Microsoft un brevet permettant de censurer, en direct ou non, des mots-clés ou des sons donnés au sein de flux audio. La demande de brevet avait été déposée en 2004.

Le concept peut paraître simple, mais il fallait y penser. Cette technologie se basera sur l’analyse de syllabes ou de groupes de syllabes qui seront ensuite comparés à une liste pré-établie répertoriant les mots ou les sons à bannir. Une fois le mot incriminé repéré, il sera rendu inaudible et incompréhensible.

La firme de Redmond n’a pas encore précisée dans quels cadres elle comptait utiliser cette technologie. Quelques hypothèses peuvent tout de même être avancées. Ainsi, cette nouvelle méthode de censure audio pourrait trouver sa place dans le service XBox Live, qui offre aux joueurs de jeux vidéo sur la XBox 360 de communiquer en direct entre eux, ou sur l’outil de VoIP Windows Live Call de la messagerie instantanée Windows Live Messenger.

Microsoft pourrait tout simplement vendre sa technologie sous forme de licence à des stations de radio, des éditeurs de logiciels de voix sur Internet, voire même des plates-formes de diffusions de vidéos en streaming, comme YouTube ou Dailymotion. Plus polémique, cette fonctionnalité technologique pourrait tomber dans les mains de pays autoritaires comme la Chine, aux dépens des internautes et de la liberté d’expression déjà réprimée dans ce pays.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur