Microsoft TechDays 2012 : fier d’accueillir son armada de développeurs

CloudPoste de travailSystèmes d'exploitation

On retrouve des concepts-clés : cloud, ouverture hors .NET, big data, HMTL 5…Les start-up via le programme BizSpark et le métier de développeur sont aussi mis en valeur via une nouvelle association.

C’est une tradition : les Microsoft TechDays, organisées au Palais des Congrès (Porte Maillot, Paris) jusqu’au 9 février, commencent par la “session spéciale dév'”.

L’éditeur recense 250 000 développeurs dans son écosystème en France.

Une édition 2012 de transition, pourrait-on dire. Cette année, on comprend que les développeurs ont tous les yeux rivés sur l’OS Windows 8 (une bêta publique est attendue d’ici fin février) et Windows Server 8 (présenté lors des conférences BUILD de Microsoft en septembre 2011).

La conférence dédiée aux solutions entreprises associées à la dimension cloud, qui se déroulera demain matin, serait plus dense en termes d’annonces.

Sur le front des développements, Microsoft a tenu à souligner la dimension “d’ouverture” à d’autres langages de développement au-delà de .Net (comme PHP, Java, Node.JS, JavaScript ou Python). Et cela passe par des connexions avec le monde du libre.

Ainsi, les équipes démo de Microsoft sur scène ont cherché à mettre en avant la simplicité de l’intégration d’un site développé sous l’outil open source de gestion de contenu WordPress sur sa plateforme cloud Azure par le biais de son outil de développement Web (WebMatrix).

Pour coller aux grandes tendances dans la gestion de la volumétrie des données (structurées et non structurées), Microsoft s’inscrit dans la tendance “big data” que d’autres éditeurs venus de tous horizons (virtualisation, stockage, administrations centralisées…) ont pris en main (EMC, Oracle, Hitachi Data Systems…).

Programmez.com, qui a suivi la session d’inauguration des Microsoft TechDays, a noté le petit rappel sur les principales nouveautés de C++ 11.

“Sur scène de nombreuses démos, nous avons beaucoup aimé celle autour des objets connectés et utiliser un kit (matériel et logiciel) d’un objet connecté à monter et à coder soi-même.”

Autre nouveauté annoncée : la création de l’association Fier d’être développeur qui a vocation à valoriser ce métier. Les 14 membres fondateurs sont issus d’éditeurs comme SoftLuent, Zenika, Microsoft, ILOG/IBM ou Facebook.

En prenant un angle davantage interface utilisateur (UI), Microsoft parie sur “Metro” qui sera vulgarisé sur Windows 8 mais on peut déjà la découvrir via la console de jeux Xbox et les smartphones Windows Phone. L’objectif est d’étendre “Metro” à tous les terminaux : tablettes, PC et TV.

Autre grand rendez-vous que Microsoft ne veut pas rater à en croire le nombre de sessions dédiées : le déploiement du HTML5 ou comment simplifier la vie des développeurs d’applications mobiles sans rencontrer d’obstacles multi-OS. Une gageure en l’état actuel.

Un dossier suivi avec attention dans le cadre du déploiement de Windows Phone 7.x (60 000 applications dans la place de marché dédiée).

Présent également lors de cette même session, Jean Ferré a effectué sa première prestation aux TechDays de Microsoft après sa nomination à la tête de la direction de la Division Plateforme et Ecosystème (DPE) qui remonte à avril 2011.

Selon le communiqué, il a fait état de la présence depuis l’automne 2011 au Campus de Microsoft France à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) d’une équipe de 130 ingénieurs. Celle-ci est chargée de développer des services de musique au sein de la division Interactive Entertainment Business.

Petit clin d’oeil au programme BizSpark pour le soutien de l’écosystème de start-up rattachés à l’univers de Microsoft (un millier au compteur en France à fin 2011).

L’éditeur a présenté une extension baptisée BizSpark Plus, qui permettra aux jeunes pousses de “bénéficier d’un accès privilégié aux services de calcul et de stockage deWindows Azure”.

Ainsi, les projets start-up lauréats nommés par des incubateurs comme DojoBoost (Paris) ou EuraTechnologies (Lille) se verra offrir par Microsoft l’équivalent de 45 000 euros sur deux ans de services disponibles via la plate-forme cloud de Microsoft.

Crédit photo illustration : TechNet France Team


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur