Microsoft veut alléger son système antipirate

Cloud

Afin d’autoriser les utilisateurs à modifier certains composants sur leur PC sans avoir à demander un nouvel identifiant, Microsoft est sur le point de changer un peu les règles de son système Windows Product Activation. Histoire de le rendre (un peu) moins contraignant.

Parmi les innovations apportées par les versions XP tant d’Office que de Windows, Microsoft a voulu se faire plus agressif face au piratage de ses logiciels. Après l’installation, les utilisateurs doivent donc demander à Microsoft un numéro d’identification sous peine de voir le logiciel se bloquer. Principe du Windows Product Activation (WPA) : le logiciel relève les caractéristiques d’une dizaine de composants matériels de la machine, en tire un numéro d’identifiant que l’on fournit à Microsoft (de manière anonyme, insiste l’éditeur) pour obtenir, par Internet ou par téléphone, un numéro de série unique, dépendant donc de la machine (voir édition du 6 février 2001).

Beaucoup d’utilisateurs – parmi lesquels les plus “bidouilleurs” qui sont aussi souvent ceux qui s’expriment le plus – se sont plaints qu’un tel système rendait les changements de composants plus contraignants. Le remplacement d’un disque dur, par exemple, pouvant obliger à demander un nouveau numéro d’identification. Pour simplifier un peu la procédure, Microsoft envisage, selon Reuters, de permettre un certain nombre de modifications pendant une certaine période. Plus précisément, même si Microsoft ne s’est pas encore décidé sur la durée (60 ou 90 jours, voire six mois), Windows XP ne demandera pas de nouvel identifiant si moins de cinq composants sur les dix relevés sont modifiés pendant la période en question. Et une fois le délai passé, les compteurs sont remis à zéro et on peut de nouveau faire quelques changements.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur