Minuit, l’heure de la PlayStation 3

Mobilité

La commercialisation de la très attendue PS3 débute en Europe cette nuit. La
nouvelle console de jeux de Sony est novatrice mais son prix est élevé.

Passé minuit, ce jeudi 22 mars 2007, s’arracheront les premiers exemplaires de la nouvelle console de jeux de Sony, la tant attendue PlayStation3 (PS3). Le joyau de Sony débarque en Europe plus de quatre mois après son lancement américain le 17 novembre 2006. En France, le constructeur célèbrera l’événement ce soir au pied de la Tour Eiffel avec des animations, la projection d’un film en haute définition et l’arrivée d’un magasin flottant affrété par la Fnac qui viendra accoster au port Suffren vers 23 heures, les soutes remplies de la nouvelle console.

Près de 12 ans après le lancement de la PlayStation, en 1995, Sony continue naturellement de faire évoluer sa console phare, jusqu’alors indétrônée sur le marché des plates-formes de jeux vidéo (la PS2 détiendrait 70 % des parts de marché). Cette troisième mouture crée une “véritable rupture technologique” qui promet de “nouvelles performances” et des “possibilités graphiques et ludiques exceptionnelles”, aux dires du constructeur.

A commencer par son processeur principal Cell, une puce haut de gamme spécialisée dans les traitements multimédia et fruit des développements communs d’IBM, Toshiba et Sony. Si la PS3 devrait constituer le premier marché du Cell, IBM et Toshiba comptent bien exploiter la puce dans des solutions serveurs et des écrans vidéo. Accompagné du moteur graphique RSX de Nvidia, la Cell supporte le traitement des images en haute définition et même en Full HD (1080p), la résolution graphique maximale du moment. Encore faut-il posséder l’écran de télévision capable de supporter une telle résolution.

La PS3 : premier lecteur de Blu-ray Disc

On peut regretter que la plupart de la trentaine de jeux qui accompagnent la sortie de la console ne soient pas compatibles 1080p. En revanche, contrairement à la Xbox 360 de Microsoft, Sony a choisi de doter la PS3 d’une interface HDMI qui permettra de lire en pleine qualité la nouvelle génération des DVD haute définition au format Blu-ray Disc du constructeur. Celui-ci annonce un catalogue de 138 longs métrages sous ce format haute définition. Pour Sony, l’objectif est de s’appuyer sur la PS3 pour en en faire le premier marché des lecteurs Blu-ray Disc.

Autre nouveauté, la manette de contrôle. Le pad coupe le cordon avec le boîtier au profit d’une liaison Bluetooth qui facilitera les actions du joueur. Baptisée Sixaxis, la manette sans fil intègre une détection de mouvement sur six axes (d’où le nom) qui améliore le contrôle du jeu. Une solution qui n’est pas sans rappeler la Wiimote à détection de mouvements de Nintendo. Enfin, la batterie de la Sixaxis se recharge simplement à partir du port USB de la console.

Côté configuration, signalons encore que la PS3 dispose de 256 Mo de mémoire vidéo et autant de mémoire principale, de 4 port USB 2.0, des sorties vidéo Yuv et composites en plus de la HDMI, du Wi-Fi 802.11b/g et du Bluetooth 2.0 et d’un disque dur amovible S-ATA 2,5 pouces en 60 Go pour la console destinée au marché européen alors qu’une version 20 Go était à l’origine proposée par le constructeur. “Plus de 80 % des ventes aux Etats-Unis et au Japon se font sur la version 60 Go”, argumente le service de presse de Sony Entertainement en France pour justifier ce choix.

Une rupture de compatibilité avec les jeux précédents

Reste que toutes ces nouveautés créent également une rupture de compatibilité avec les jeux des précédentes générations de consoles. Sony a bien prévu un émulateur pour permettre aux aficionados d’exploiter les jeux de la PS2 sur la PS3. Mais, selon Georges Fornay, vice-président Europe de Sony Computer Entertainment, 90 % des jeux de génération précédente resteraient incompatibles. Dans une volonté de transparence et d’accompagnement de ses clients, Sony a mis en place une foire aux questions qui permet aux utilisateurs de vérifier en amont la compatibilité de leur titres PS2 et PSOne avec la PS3.

Si la console est prometteuse sur le papier, son prix bat lui tous les records : 599 euros (la version 60 Go). Soit 200 euros de plus que le tarif le plus élevé de la Xbox 360 (399 et 299 euros) et largement plus du double du prix de la Wii de Nintendo (249 euros), les deux consoles rivales. Certes, les possibilités ne sont pas identiques et la PS3 dépasse le simple rôle de console de jeux en permettant de se transformer en console multimédia capable d’accueillir un OS comme Linux pour PowerPC (l’architecture de la Cell). Sony déclare même qu’il sera possible d’y faire démarrer Windows Vista ou Mac OS X. A voir…

Mais Sony joue gros avec la PS3 qui n’a pas su véritablement convaincre les joueurs. Et affiche plus un an de retard sur la Xbox 360 de Microsoft qui revendique plus de 10 millions d’exemplaires vendus dans le monde. Sony vise les 3 millions de PS3 distribuées sur la planète à fin mars 2007. Et le prix semble bien être le facteur rédhibitoire. Depuis novembre 2006, Nintendo a vendu 1,7 million de Wii contre 700 000 unités de PS3 pourtant lancée sur le marché à la même période. L’Europe boudera-t-elle la PS3 à son tour ou bien sera-t-elle le berceau de la reconquête de Sony sur le marché de la console de jeux vidéo ? Réponse dans quelques mois.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur