Mobinil : l’offensive de France Telecom de nouveau contrariée en Egypte

Mobilité

La justice égyptienne confirme que l’OPA de France Telecom sur ECMS (structure de contrôle de l’opérateur Mobinil) est bloquée. Une décision qui ravit Orascom, le co-actionnaire de Mobinil qui fait de la résistance.

Le parcours du combattant de France Telecom à l’assaut de Mobinil en Egypte se poursuit.

L’opérateur télécoms français tente depuis un an de prendre le contrôle entier d’ECMS-Mobinil (premier opérateur mobile du pays avec 24 millions de clients) mais Orascom Telecom, le co-actionnaire de Mobilcom avec France Telecom, refuse de lâcher du lest.

Nouveau rebondissement en fin de semaine dernière : un tribunal égyptien barre la route de France Telecom.

La juridiction a confirmé la décision prise en janvier de bloquer l’offre publique d’achat de l’opérateur français sur les minoritaires d’ECMS.

De facto, France Telecom est propriétaire de Mobinil à hauteur de 71,25%. Mais, pour disposer d’une marge de manœuvre plus grande, il doit prendre possession d’ECMS, la structure centrale qui exploite des services mobiles sous la marque Mobinil.

A travers Mobinil, France Telecom dispose de 51% du capital d’ECMS mais 20% restent dans les mains d’Orascom et le reliquat (29%) restent en flottant.

Avec cette dernière décision de justice qui bloque les plans de France Telecom en Egypte, Orascom se montre satisfait. Quant à France Telecom, il n’a émis de commentaire officiel sur la nouvelle donne.

Selon Reuters, l’Egyptian Financial Supervisory Authority (EFSA, Autorité égyptienne en charge de la régulation boursière), qui avait donné son feu vert à l’OPA de France Telecom sur ECMS en décembre 2009, pourrait faire appel de cette dernière décision.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur