Moteur : Bing.com fait bouger l’audience, Google veut garder le cap

Mobilité

ComScore note un “effet Bing”, une semaine après l’ouverture du nouveau moteur de Microsoft. Pour le leader Google, cela ne change rien à sa feuille de route.

Pour son démarrage, Bing.com a fait bouger les lignes sur le marché des moteurs de recherche aux Etats-Unis. ComScore l’assure dans une étude préliminaire une semaine après le lancement du nouveau moteur de recherche de Microsoft. Le cabinet d’audience Internet relève “une amélioration substantielle” de la position de la firme de Redmond.

Ainsi, dans la période du 2 au 6 juin, la pénétration des sites de Microsoft est passée de 13,8% (moyenne quotidienne perçu parmi les internautes américains cherchant des informations) à 15,5%. “Cela apparaît comme un bon départ”, commente Mike Hurt, en qualité de senior vice president de ComScore. Mais, au-delà de l’effet “tout nouveau, tout beau”, il reste maintenant à tenir à la montée en charge au niveau international et à susciter la curiosité des internautes.

Microsoft poursuit ses développements sur son nouveau moteur. Le 4 juin, toujours aux Etats-Unis, il a lancé l’espace Bing Travel associé au moteur qui devient la nouvelle porte d’accès pour le voyage en ligne. Le service hérite de la partie édito de MSN Travel et des technologies issues du rachat de Farecast par Microsoft effectué en 2008.

Google : “L’arrivée de Bing ne change rien chez nous”

Alors, Bing.com fait-il trembler les concurrents de Microsoft ? Dans une interview accordée à Fox Business Network, Eric Schmidt, P-DG de Google, considère que Bing.com “n’est pas la première tentative pour Microsoft [de relancer la course sur le marché des moteurs, ndlr]. “Il l’a déjà fait il y a un an [avec une nouvelle version de Live Search]”.

Le numéro un de Google poursuit : “Je ne pense pas que l’arrivée de Bing va changer ce que nous réalisons actuellement. Nous nous concentrons sur la recherche et nous réalisons des choses avec un certain succès au nom du cercle virtueux de l’innovation.”

Eric Schmidt continue dans sa lancée : “Google a vocation à prendre toutes les informations et les organiser. Yahoo a une stratégie différente et je pense finalement que Bing évoluera en déterminant sa propre voie.”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur