MySpace : retour sévère à la “réalité du marché”

Mobilité

La plate-forme communautaire va supprimer 30% de son effectif. 500 collaborateurs devraient quitter la société aux Etats-Unis.

En période de récession économique, le contraste est saisissant. D’un côté, Facebook lève des fonds et fait entrer un investisseur russe dans son capital. De l’autre, son concurrent MySpace, rattaché au groupe de communication News Corporation de Rupert Murdoch, initie un plan de restructuration qui devrait aboutir à une réduction de 30% de son effectif.

500 collaborateurs qui travaillent pour MySpace aux Etats-Unis seraient directement touchés. L’objectif est de revenir à un niveau d’un millier de salariés dans la société (850 côté Facebok). On ignore si ce plan touchera également l’équipe française de MySpace installée à Paris.

Cité dans un communiqué de presse, Owen Van Natta, P-DG de MySpace qui a pris fin avril ses fonctions après un passage chez …Facebook, prône un retour à l’esprit de start-up avec plus d’innovation, plus d’efficacité. Le tout dans une vision d’entrepreunariat et de business.

De son côté, Jonathan Miller, l’ancien P-DG du groupe AOL qui occupe désormais une fonction homologue dans la division Digital Media de News Corp, estime que la société avait grossi de manière inconsidérable par rapport à la réalité du marché.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur