Napster revient sous une apparence de légalité

Cloud

Après avoir supprimé les comptes de plus de 300 000 membres suite aux plaintes du groupe Metallica, l’éditeur Napster continue sa grande opération “mains propres”. La version 2.0 beta 6 qui circule en effet sur le Net permet en effet de s’échanger des fichiers en Windows Media Player et aussi de discuter en temps réel.

Si toute la réputation de Napster s’est faite sur le souffre et à la limite de la légalité, force est de constater que cet éditeur, une fois fortune faite, cherche à changer son image. Une attitude compréhensible tant cet éditeur focalise sur lui toute la vindicte de l’industrie musicale. Après avoir clôturé le compte de plus de 317 000 utilisateurs le mois dernier, suite aux plaintes du groupe de hard-rock Metallica (voir édition du 14 avril 2000), Napster continue son opération mains propres en présentant la nouvelle version de son logiciel d’échange de fichiers musicaux. Première surprise, Napster n’est plus cantonné aux seules extensions MP3 mais étend son domaine de compatibilité aux fichiers Windows Media Player de Microsoft. Ce format, développé par Microsoft, comporte des processus d’authentification pour empêcher la copie illégale.

Autre nouveauté, un mode de chat en temps réel pour dialoguer avec les autres usagers. Napster comporte aussi maintenant une section d’aide en ligne et un outil de recherche simplifiée des morceaux. Pour le reste, on retrouve l’interface habituelle, ainsi que le mode de représentation des listes de morceaux agencées de la même façon que dans les versions précédentes.

Pour Napster, l’intégration du format WMA est essentielle car elle permet d’offrir une vitrine légale d’échange de fichiers. Désormais, Napster peut se positionner comme un éditeur de logiciel de partage, mais pas forcément (uniquement ?) pour les utilisateurs qui s’échangent des oeuvres dont ils ne possèdent pas les droits.

Pour en savoir plus : Napster


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur