Navigateur : Google Chrome poursuit son ascension en Europe

Cloud

Le navigateur Google Chrome gagne rapidement de nouvelles parts de marché en Europe, selon AT Internet Institute. En revanche, Internet Explorer perd du terrain.

La tendance dévoilée par NetApplications à l’échelle mondiale se confirme : Internet Explorer est aussi en perte de vitesse en Europe. Selon le baromètre des navigateurs publié par AT Internet Institute, le butineur de Microsoft a vu ses parts de marché atteindre 57,1% en mars 2010 en Europe, contre 64,6% à la même période en 2009, soit un net recul de plus 7 points en seulement un an.

AT Internet Institute note toutefois que le ballot screen, disponible pour tous les utilisateurs européens de Windows depuis le 1er mars dernier, “n’a pas accéléré la perte de terrain d’Internet Explorer”.

Rappelons que ce ballot screen prend la forme d’une fenêtre multi-choix permettant de ne plus imposer Internet Explorer comme navigateur de référence, et offrant à l’internaute de choisir librement son “browser” parmi un choix donné de 12 navigateurs différents.

Le recul du navigateur de Microsoft profite avant tout à Google Chrome en Europe qui, après un peu plus d’un an et demi d’existence, passe devant Safari et monte ainsi sur la troisième marche du podium.

Le navigateur de Google, en mars dernier, s’est octroyé une part de marché de 5,3%, contre 1,4% en mars 2009, ce qui correspond à une progression  annuelle de 3,9 points.

La tendance est la même au niveau mondial : selon Net Applications, la part de marché de Google Chrome s’est élevée à 6,73% en avril dernier (+0,60% en un mois). Sa part de marché a ainsi gagné près de 5 points en un an, passant donc de 1,79% à 6,73%.

Sans surprise, Firefox conserve sa place de deuxième navigateur européen préféré, avec une part de marché de 29,6%. Toutefois, sa marge de progression est moins importante que Chrome : en mars 2009, la part de marché du navigateur de la Fondation Mozilla culminait à 27,8%.

Safari progresse de son côté lentement mais sûrement, même s’il vient d’être relégué à la quatrième place. Sa part de marché en Europe a atteint les 5,2% en mars dernier, contre 3,3% il y a un an.

En revanche, l’avenir est moins rose pour Opera, qui enregistre une inquiétante stagnation. Selon AT Internet Institute, sa part de marché sur un an est restée à 2,2%.

A lire également sur ITespresso.fr : Dossier : Navigateurs : le nouvel assaut

Méthodologie employée par AT Internet Institute
Etude réalisée du 1er au 31 mars 2010 auprès de 17 022 sites Web.
Les 23 pays étudiés sont :
L’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, la Bulgarie, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l’Irlande, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République-Tchèque, la Roumanie, le Royaume-Uni, la Slovaquie, la Suède et la Suisse.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur