Navigateurs : l’Europe dit oui à Google Chrome

La dernière réactualisation du baromètre d’AT Internet sur les navigateurs Web illustre la montée en puissance de Google Chrome à l’échelle de l’Europe.

google-chrome-europe-navigateurs

La prise de pouvoir de Chrome sur le marché européen des navigateurs Web se confirme au dernier pointage d’AT Internet.

Avec à son actif 30,5% du trafic enregistré au 1er trimestre 2014 sur un échantillon de 8199 sites audités dans 23 pays, le butineur de Google connaît une dynamique d’adoption sans égale sur le Vieux Continent. Sa progression de 5,1 points en un an – soit environ 0,4 point par mois – contraste avec le déclin d’Internet Explorer, lequel a perdu plus de 6 points de marché sur la même période (c’est-à-dire plus de 0,5 point par mois), pour s’établir à 23,6% des visites.

La montée en puissance de Google Chrome contrarie aussi la progression de Firefox, qui accuse un recul de 1,7 point en un an (20,4%). Dynamique plus positive pour Safari. Le navigateur par défaut des environnements Apple iOS (mobile) et OS X (desktop) accapare, au 31 mars, près d’un cinquième du trafic global en Europe (18,5%, soit 2,4 points de gagnés en un an). Son influence a néanmoins diminué d’un trimestre à l’autre (-0,6 point), y compris au Royaume-Uni, où il occupe toujours la première place, mais avec 29,9% des visites, contre 30,9% sur la même période en 2013.

Le particularisme allemand reste toujours majoritairement attaché à Firefox, qui conserve 36,7% de l’audience, malgré un repli annuel de 2,7 points. Chrome enregistre la plus forte progression (+3,8 points, à 15,9% des visites), mais n’apparaît encore qu’au 4e rang, derrière Internet Explorer (23%, soit -5,9 points) et Safari (16,5%, soit +3,4 points). Il est vrai que l’utilisation du butineur de Google est déconseillée par l’autorité nationale chargée de la sécurité des systèmes d’information.

Le marché français se distingue sur un tout autre point. La présence des navigateurs mobiles intégrés y est quasi nulle : 0,6% du trafic, contre 5,2% au Royaume-Uni, 6,6% en Allemagne… et 10,7% en Espagne. Chrome fait son trou avec 30,5% des visites, alors que Firefox (23%) s’apprête à ravir la deuxième place à Internet Explorer.

navigateurs-internet-europe

L’Allemagne se refuse toujours à Google Chrome. Pas la France.

Déjà surpuissant sur le secteur de la recherche et de la publicité en ligne, Google s’empare peu à peu du marché des navigateurs.

On notera toutefois ce décalage significatif entre les conclusions d’AT Internet et celles de StatCounter, qui concède à Chrome – en vert sur le graphique ci-dessous – plus de 40% des visites en Europe, contre 25% pour Firefox (en orange), 18% pour Internet Explorer (en bleu) et 10% pour Safari (en gris).

statcounter-navigateurs-europe

StatCounter présente une autre version des faits…

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : incollable sur Chrome ?

Crédit illustration : Pushkarevskyy Bogdan – Shutterstock.com
Crédit logo : Google

Mon article vous a plu ?
Restez-connectés en vous inscrivant à nos newsletters

Derniers commentaires



3 replies to Navigateurs : l’Europe dit oui à Google Chrome
  • Le 24 avril 2014 à 17:02 par Nobody

    Pas de légende dans les graphes, pas de lien vers les graphes complets, pas de lien vers les sources….
    Du beau boulot bien bâclé comme il faut !

    • Le 25 avril 2014 à 9:15 par Alexis

      Le premier lien sur l’ancre « AT Internet » renvoie directement sur l’étude concernée par cet article ;)

  • Le 6 mai 2014 à 17:39 par jimbo

    Il faut dire que les médias spécialisés ont tout fait pour que Chrome rencontre un tel succès, alors que leur devoir d’information devrait les inciter à toujours mettre en garde l’utilisateur face à ce navigateur qui a tout du cheval de Troie.

    Ah les malwares : autrefois on apprenait à s’en débarrasser, maintenant on est incité à les installer.

Laisser un commentaire

  • Les champs obligatoires sont indiqués avec *,
    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

23:29:44