Navigation auto : au tour de Bosch de bosser sur le dossier HERE

M2MMobilitéRéseaux
3 7

Le groupe allemand Bosch, qui a notamment une division équipementier automobile, juge « concevable » d’investir dans HERE (solutions de navigation et géolocalisation pour les véhicules).

Le groupe allemand Bosch, qui a investi plusieurs secteurs d’activités notamment l’équipement automobile, serait intéressé pour prendre une participation dans HERE. Des discussions ont été ouvertes dans ce sens, selon Reuters.

HERE, du nom de cet fournisseur de solutions de cartographies et de géolocalisation de Nokia tombé fin 2015 dans l’escarcelle d’un consortium automobile composé de BMW, Audi (Groupe Volkswagen) et Daimler (maison-mère de Mercedes-Benz), devrait étoffer son pool d’actionnaires. Un investissement de 2,5 milliards d’euros avait été consenti.

Parmi les acteurs technologiques, les candidats ne manquent pas : Amazon regarde le dossier, tout comme Microsoft.

Dans le secteur de l’automobile, des constructeurs automobiles comme Ford ou Renault sont en lice, tout comme un autre équipementier allemand : Continental.

De son côté, Bosch montre un certain intérêt vis-à-vis des services de cartographie. En juillet 2015, il s’est rapproché du fournisseur de solutions de navigation néerlandais TomTom.

C’est Dirk Hoheisel, membre du conseil d’administration du groupe Bosch en charge en charge des technologies automobiles, qui a confirmé les discussions sur HERE lors d’une conférence tenue à Stuttgart (ville située à proximité de Gerlingen où se trouve le siège social du groupe). « C’est concevable », a-t-il déclaré de manière laconique.

Tout comme ses concurrents, l’équipementier automobile observe les nouveaux leviers de croissance que représente l’assistance à la conduite et, à terme, la voiture autonome (sans chauffeur).

Pour cela, les informations collectées (conditions météo de circulation, état de la chaussée, déviations du trafic routier…) par des capteurs embarqués sur les véhicules doivent être géolocalisées sur une carte très précisément.

Alternative à l’omnipotent Google Maps, HERE constitue donc un service de choix pour ces constructeurs et équipementiers auto.

Le jeu devrait en valoir la chandelle : Bosch anticipe que ses revenus directement liés aux systèmes d’assistance à la conduite vont dépasser, pour la première fois, un milliard d’euros à partir de cette année.

Avec ces prises de participation, c’est toute une chaine de transmission des données gravitant autour de la sécurité par l’assistance à la conduite qui se met en place : l’infrastructure cloud et big data de Microsoft et Amazon, les vecteurs d’informations avec les véhicules de Daimler, Audi et BMW et les équipements électroniques (des capteurs aux transmissions) avec un partenaire tel que Bosch.

(Crédit photo : @Syda Productions, Shuttershock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur