Neo Telecoms intègre Groupe MIT pour mieux couvrir le sud de la France

Cloud

L’opérateur de transit IP Neo Telecoms a racheté Groupe MIT (hébergement, infogérance) pour renforcer sa présence dans le sud de la France et établir une tête de pont vers l’Espagne.

L’opérateur de transit français Neo Telecoms renforce sa position en région avec le rachat de Groupe MIT.

Ce qui lui permettra de récupérer un  data center situé dans le Languedoc-Roussillon. Sa construction remonte à 2008.

Neo Telecoms viendra compléter ses centres similaires à Metz, Nancy, Toulouse et bientôt Besançon et Montpellier.

En tout, un investissement de 10 millions d’euros permettra à l’opérateur de compléter sa couverture du sud de la France à l’horizon fin 2012 et d’établir une tête de pont vers le marché espagnol.

Depuis sa création en 2002 (son siège social se situe à Montpellier), Groupe MIT propose des  prestations d’hébergement et d’infogérance.

Il revendique 5000 clients et 400 serveurs infogérés.

Dans la clientèle, on trouve ABCbourse mais aussi Budget Telecom, Alcatel-Lucent, la ville de Montpellier, le conseil général de l’Herault et le conseil régional du Languedoc-Roussillon.

En 2009, Groupe MIT affichait un chiffre d’affaires de 1,5 million d’euros.

Pour sa part, Neo Telecoms,  qui se proclame “deuxième opérateur IP international d’origine française” (et 35ème opérateur mondial en termes de transit IP), affiche un CA de 20 millions sur 2010.

En prenant les résultats combinés, le nouvel ensemble pèsera un CA de 25 millions d’euros par an.

Notre stratégie de développement s’appuie sur l’interconnexion de plaques régionales et l’implantation de data centers de proximité, au plus près des zones d’activités territoriales,” déclare Didier Soucheyre, Président de Neo Telecoms cité dans le communiqué.

Logo : ©-Nmedia-Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur