Netflix a 100 millions d’abonnés : une croissance qui a un prix

Poste de travail
resultats-netflix-t2-2017

La plate-forme SVoD de Netflix a passé le cap des 100 millions d’abonnés à la faveur d’un développement international qui demeure coûteux.

À chaque trimestre son seuil symbolique pour Netflix.

Sur la période du 1er janvier au 31 mars 2017, la firme américaine avait dépassé les 2 milliards de dollars de revenus sur le streaming, qui constitue son activité principale.

Un autre cap a été franchi plus récemment, comme le rappelle le CEO Reed Hastings dans sa lettre aux actionnaires (PDF, 11 pages) : celui des 100 millions d’abonnés à la plate-forme SVoD.

Au 30 juin 2017, le compteur en est à 103,95 millions, contre 98,75 millions trois mois plus tôt.

Quand bien même la base de clientèle enregistre, aux États-Unis, une croissance trimestrielle sans précédent depuis six ans avec 1,07 million d’utilisateurs supplémentaires, c’est bien dans le reste du monde que la progression est la plus forte : + 4,14 millions d’abonnés, pour un total de 52,031 millions.

Sur la partie streaming, le chiffre d’affaires continue d’augmenter : + 36 % en un an, à 2,671 milliards de dollars. En y ajoutant le business déclinant de la location de DVD par voie postale (passé sous les 4 millions de souscripteurs au 1er trimestre), le C.A. global atteint 2,785 milliards de dollars (+ 32 %).

Le coût d’un développement mondial

Le marché américain reste le principal pourvoyeur de revenus, à 1,505 milliard de dollars (+ 25 % d’une année sur l’autre).

L’activité sur place se caractérise en outre par une progression de 2,9 points – à 37,2 % – de la « marge de contribution », que Netflix établit en soustrayant à son chiffre d’affaires le coût des ventes et les dépenses marketing.

À l’international, la marge de contribution était passée pour la première fois dans le vert en début d’année. La revoilà dans le rouge sur le 2e trimestre (- 1,1 %), malgré des revenus en nette hausse (+ 54 %, à 1,165 milliard de dollars).

Les différents postes de dépenses progressant moins vite que les revenus (+ 29 % en R&D, + 27 % en marketing…), Netflix est en mesure de revendiquer un résultat d’exploitation en croissance de 83 %, à 128 millions de dollars. Et, grâce à un crédit d’impôt, un résultat net à 66 millions (+ 61 %), soit 15 centimes par action.

Hors titres négociables, la trésorerie avoisine les 2 milliards de dollars à l’issue d’un trimestre marqué par un accord pluriannuel avec Altice au nom duquel le groupe de Patrick Drahi distribuera Netflix sur sa dizaine de marchés d’implantation.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur