Netflix accueille toujours plus d’abonnés et l’ancien DG de Canal+

Poste de travail
resultats-netflix-t4-2017

Sur fond de résultats chaleureusement accueillis par les investisseurs, Netflix nomme à son conseil d’administration Rodolphe Belmer, ancien DG de Canal+.

Vous avez demandé Rodolphe Belmer ? Le voilà au conseil d’administration de Netflix.

La firme américaine a officialisé la nomination de l’ancien directeur général du Groupe Canal+ parallèlement à la présentation de résultats financiers que les marchés ont chaleureusement accueillis : + 8,31 % dans les échanges d’après-Bourse sur le Nasdaq, pour une capitalisation dépassant les 100 milliards de dollars.

Il faut dire que les principaux indicateurs sont au vert, à commencer par la base d’abonnés : ils sont 117,582 millions au 31 décembre 2017 ; c’est-à-dire 8,334 millions de plus qu’au 31 septembre – un niveau de croissance sans précédent – et 23,786 millions de plus en un an.

Le chiffre d’affaires suit la même dynamique. Compte tenu d’une augmentation de 9 % du panier moyen, il augmente de 32,6 % d’une année sur l’autre, à 3,286 milliards de dollars au 4e trimestre 2017.

L’activité de location de DVD et Blu-ray par voie postale exploitée uniquement aux États-Unis concentre un peu plus de 100 millions de dollars de revenus (- 16,8 %), avec environ 3,4 millions d’abonnés (731 000 de moins en un an).

Le reste du C.A. provient de la plate-forme de streaming, dont le marché américain reste la locomotive (1,63 milliard de dollars ; + 16,2 %), progressant toutefois moins vite que l’international (+ 63,6 %, à 1,55 milliard de dollars).

En incluant des charges de 39 millions de dollars associées à des contenus qu’il a été décidé de ne pas diffuser, les coûts augmentent de 27,4 % d’une année sur l’autre, à 2,107 milliards de dollars.

En déduisant du chiffre d’affaires cette somme et les 420 millions de dollars investis en marketing (+ 47,4 %), on obtient un indicateur que Netflix qualifie de « marge de contribution ». Pour la première fois, il est positif deux trimestres d’affilée.

Déduction faite de d’OPEX maîtrisées, notamment sur la partie technologique (+ 21,4 %), le résultat d’exploitation s’établit à 245 millions de dollars (+ 59,4 %).

En dépit des effets liés à la réforme fiscale de Donald Trump, le résultat net triple presque sur un an, à 186 millions de dollars, soit 43 cents par action.

Le CEO Reed Hastings rappelle, dans sa lettre aux actionnaires (document PDF, 11 pages), l’importance que Netflix accorde, dans son expansion mondiale, aux partenariats avec les FAI, en tête desquels Deutsche Telekom, avec lequel un accord a récemment été signé.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur