Netscape épie les téléchargements

Cloud

Une plainte a été déposée en justice aux Etats-Unis après la découverte d’une trappe dans le gestionnaire de téléchargement SmartDownload de Netscape. Lequel transmettrait, à l’insu des internautes, différentes informations en relation avec les logiciels récupérés sur le Net.

La révélation provient des Etats-Unis, à la suite d’une plainte déposée par un particulier du nom de Christopher Specht. Un document officiel a été déposé le 30 juin 2000 auprès de la Cour de New-York pour protester contre la fonction SmartDowndload greffée au navigateur Netscape. Celle-ci fournit à l’éditeur des informations précises concernant les noms des logiciels téléchargés, l’adresse IP de l’internaute, le nom du serveur. L’adresse électronique de l’utilisateur figurerait même dans le lot des paquets de données envoyés à son insu, à condition qu’il soit inscrit sur le site Netcenter. Le logiciel SmartDowndload agit comme un assistant permettant de reprendre un téléchargement après une coupure de la connexion. Mais il n’indique à aucun moment que de telles informations sont fournies à AOL-Netscape.

L’homme à l’origine de la plainte est un webmestre, spécialisé dans la photo de modèles et de mannequins. Sur le plan technique, il a préféré garder sous silence certains éléments, comme la méthode utilisée pour détecter le vice du logiciel. “Je ne peux pas trop entrer dans les détails, car la procédure est en cours”, nous a-t-il indiqué. De son côté, AOL-Netscape a fait connaître une position prévisible, même si Christopher Specht nous confie que ni lui ni son avocat n’ont encore été contactés. Elle rappelle étonnamment celle de RealNetworks, récemment épinglé pour avoir récupéré durant plusieurs mois les informations liées à l’utilisation de son logiciel JukeBox (voir édition du 2 novembre 1999). “La sécurité et la vie privée des utilisateurs est l’une de nos plus hautes priorités”, fait valoir Netscape US. La société nous explique que la fonction d’envoi des données a été intégrée à SmartDownload pour des raisons techniques mais n’a jamais servi pour alimenter des fichiers sur les utilisateurs ou les logiciels téléchargés. L’éditeur assure qu’il supprimera la fonction des prochaines versions. Rappelons que RealNetworks avait fait de même pour son JukeBox. Mais si ses logiciels continuent de connaître un réel succès, sa crédibilité aura bel et bien été écorchée au passage.

Pour en savoir plus :

Les originaux de la plainte contre AOL-Netscape


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur