Nokia : il faut gonfler et promouvoir le Windows Phone Store

MobilitéOS mobilesRégulations
nokia-microsoft-windows phone-application

Pour Nokia, il est nécessaire de se doter d’une place de marché attractive d’applications pour les terminaux Windows Phone. Sinon les clients seront déçus.

Bryan Biniak, Vice-Président de Nokia, aimerait voir Microsoft s’impliquer un peu plus dans la promotion de son OS Windows Phone en développant le marché applicatif.

Nokia, qui a annoncé la semaine dernière avoir vendu 7,4 millions de smartphones Lumia (une hausse de 5,6 millions d’unités par rapport au trimestre précédent), serait pénalisé par le présumé manque de dynamisme de Microsoft concernant l’écosystème Windows Phone.

Selon Silicon.fr, le constructeur finlandais reste loin derrière les quelques 70 millions de terminaux vendus par Samsung ou même les 30 millions d’iPhone écoulés par Apple.

Mais Bryan Biniak reste confiant. Dans un entretien accordé à International Business Times, le vice-président de Nokia défend son partenaire.

Il rappelle que Microsoft a connu une situation similaire sur le marché de la console de jeu avant de trouver le succès. Microsoft a en effet su imposer sa Xbox, notamment avec des titres exclusifs comme Halo, face aux ténors du secteur que sont Nintendo et Sony.

Mais le rythme du marché du jeu vidéo n’est pas celui du smartphone.

Et si Nokia a su maintenir un porte-feuille d’offres assez large avec une dizaine de modèles, dont le Lumia 1020 et son capteur à 41 millions de pixels récemment annoncé.

Le rythme serait moins élevé chez Microsoft qui tend à rester sur un modèle de mise à jour d’OS desktop, rythme jugé inadapté à l’évolution rapide de l’environnement mobile.

Selon Bryan Biniak, “ce n’est pas seulement une question de matériel, c’est aussi lié aux outils présents sur le produit. Vous ne pouvez pas vendre un téléphone sans les applications, vous ne pouvez tout simplement pas.”

L’offre Windows Phone n’est pourtant pas négligeable avec ses 165 000 applications en catalogue. Mais elle reste très loin derrière les stores d’iOS et Android, qui comptent chacun plus ou moins un million d’applications.

Si on y retrouve les principales applications du marché, certaines manquent visiblement à l’appel.

“Nous produisons de nouveaux terminaux fréquemment et pour chaque nouveau modèle, s’il y a une ‘app’ qui importe à l’utilisateur et qui est absente, c’est une occasion de vente manquée”, indique le dirigeant.

D’autant qu’il en faut plus pour inciter les clients à switcher.

“Pour vous inciter à basculer, je dois m’assurer que les applications qui vous importent ne sont pas seulement présentes sur nos téléphones, mais qu’elles sont mieux. Je dois aussi vous offrir des expériences uniques que vous ne retrouverez pas sur vos autres appareils.”

Sur le terrain des relations avec les développeurs, Bryan Biniak se montre également très confiant.

“Je ne pense pas qu’il y ait des [développeurs d’applications] avec lesquels nous n’ayons pas d’accords commerciaux, et si les applications ne sont pas publiées d’ici la fin de l’année, elles le seront avant la fin [mars].”

« Nous essayons de faire évoluer la culture [de Microsoft] pour lui faire comprendre que le temps est l’élément essentiel. Attendre la fin de votre exercice [fiscal] quand vous avez des objectifs à atteindre ne nous fera aucun bien alors que je dois vendre mes téléphones aujourd’hui.”

Windows Phone est considéré comme le troisième écosystème OS mobile derrière Android et iOS.

Mais, en fonction des cabinets d’études, le doute subsiste avec la concurrence de BlackBerry.

——Quiz——-

Connaissez-vous bien Microsoft ?

——————

(Crédit photo : Oleksiy Mark pour Shutterstock)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur