Nokia N9 : le smartphone qui fait figure d’ambassadeur MeeGo

CloudMobilitéOS mobilesPoste de travailSystèmes d'exploitation

Nokia sort un nouveau smartphone sous MeeeGo, négligeant momentanément Windows Phone. Un ovni ou un renouveau ?

Entre Symbian, Windows Phone et Meego, Nokia lui-même ne s’y retrouverait pas.

Son N9 sera peut-être le seul smartphone au monde équipé de Meego.

Face aux interrogations, le P-DG Stephen Elop a tenu à clarifier la situation.

Lors de la Nokia Connection organisée à Singapour, Nokia a présenté un smartphone haut de gamme pressenti pour rester le seul symbole de la transition opérée vers Windows Phone.

Son nom : le N9 sous l’OS MeeGo.

Silicon et Gizmodo ont décortiqué le nouveau modèle qui sortira en septembre.

L’appareil présente des caractéristiques techniques alléchantes. Il est notamment sur la liste des mobiles compatibles NFC.

Le Near Field Communication (NFC) est une technologie de transmission de données à très faible portée, une dizaine de centimètres au plus.

Sous sa coque articulée autour d’un écran AMOLED de 3,9 pouces (d’un résolution peu commode : 854 x 480 pixels), le N9 cache un processeur ARM Cortex A8 cadencé à 1 GHz et couplé à 1 Gigaoctet de mémoire vive.

On y adjoindra une carte microSD jusqu’à 64 Go.

“L’innovation est au cœur de nos stratégies. […] nous avons pris des mesures importantes pour imposer un nouveau rythme dans les innovations”, a déclaré sans relâche Stephen Elop.

On a pourtant bien du mal à cerner la stratégie adoptée, alors qu’une nouvelle ère semble s’ouvrir pour le constructeur finlandais, sous l’égide de Microsoft.

Nokia est certes parvenu à démarquer ses mobiles d’entrée de gamme (le C2-02, le CZ-03 et le C2-06) de ses téléphones de classe supérieure, équipés de Symbian.

La véritable inconnue se nomme N9. Le N800 excepté, cet OVNI de la téléphonie sera peut-être le seul smartphone équipé de Meego, à l’heure où ce système d’exploitation, conçu par Intel et basé sur un noyau Linux, tombe en désuétude.

Le N9, dont le prix n’a pas été communiqué, présente pourtant quelques arguments qui en font un produit compétitif, sur le papier.

Outre le GSM, l’EDGE et le HDSPA à 14,4 Mbit/s, le Wi-Fi et le Bluetooth sont disponibles, au même titre qu’un module GPS.

L’interface graphique tranche avec celle de ses prédécesseurs. Un simple glissement du doigt suffit à retourner à l’écran d’accueil, lui-même divisé en trois rubriques : la première liste les applications installées, la seconde les réseaux sociaux et la troisième, les programmes en cours d’exécution.

Affichant une dizaine d’heures d’autonomie en communication, et jusqu’à cinq fois plus en lecture audio, le N9 ne “casse pas des briques”. Il oblige pourtant son constructeur à jouer sur deux tableaux.

Nokia va en effet devoir (elle s’y est engagée) assurer le support technique de sa plate-forme Meego, quand bien même celle-ci n’est implémentée que sur un seul et unique smartphone.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur