Non à l’état d’urgence : les Anonymous s’en prennent à la représentation nationale

LégislationRégulationsRisquesSécurité
anonymous-attaques-ddos-sites-web-assemblee-nationale-senat
4 1

Ce matin, des assauts DDoS revendiqués par les Anonymous ont rendu les sites Web de l’Assemblée nationale et du Sénat momentanément inaccessibles.

Les Anonymous se montrent irrités de la situation d’état d’urgence instauré et peut-être prolongé en France après les attentats terroristes de 2015. Et cela se traduit par des assauts de type dénis de service distribué (DDoS).

Aujourd’hui, en fin d’après-midi, le Conseil d’Etat doit trancher sur la demande de suspension de tout ou partie de l’état d’urgence, à la demande de la Ligue des droits de l’Homme (LDH).

Le texte censé prolonger l’état d’urgence sera soumis au vote le 9 février au Sénat et le 16 février à l’Assemblée nationale.

Les Anonymous maintiennent la pression à leur manière. Le réseau de cyber-hacktivistes serait derrière les attaques informatiques qui visent les sites Internet de l’Assemblée nationale et du Sénat.

Ces derniers étaient inaccessibles ce matin. La situation semble s’améliorer. Le site Internet de l’Assemblée nationale était de nouveau disponible lors d’un pointage vers 12h40. Tout comme celui du Sénat.

Contacté par ITespresso.fr, le service presse de la Chambre des députés précise que « tout est mis en œuvre pour rétablir le service le plus rapidement possible » et rappelle que les vidéos en direct peuvent être suivies sur la chaîne dédiée sur Dailymotion.

Côté Sénat, on précise que les « investigations sur l’origine de cette attaque se poursuivent ». En revanche, l’accès au site Internet de l’Elysée demeure assuré.

Ces perturbations surviennent alors que les Anonymous ont visé hier le site Internet du Parti Socialiste, qualifié de « parti du dictateur Hollande ».

Le réseau hacktiviste annonçait déjà « d’autres actions de notre part se feront si l’état d’urgence n’est pas rectifié ».

Pour Zataz, l’origine des assauts ne fait pas de doutes. Les attaques DDoS sont revendiquées via Twitter par le canal Anonymous France au nom de l’OpPs (« opération PS »).

(Crédit photo : NeydtStock / Shutterstock.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur