Le nouveau Vivendi va snober SFR

BourseEntrepriseOpérateursRégulationsRéseaux
vivendi-scission-medias-telecoms-sfr

Un projet de scission été validé: Vivendi va se concentrer sur les médias et les contenus, SFR prendra une “plus grande autonomie stratégique”d’ici mi-2014.

Si tout se passe comme prévu, Vivendi présentera une nouvelle configuration d’ici mi-2014 : focus sur les médias et les contenus (créations et distribution), désengagement dans le monde des télécoms avec SFR.

Le 26 novembre, le conseil de surveillance de Vivendi a validé à l’unanimité un projet de scission du groupe. Une option explorée depuis la rentrée de septembre.

Vivendi confirme sa vocation à se positionner comme “un groupe international de médias” ancré dans le numérique.

Tandis que SFR “devrait acquérir une plus grande autonomie stratégique afin de saisir les opportunités d’un marché en mutation”.

Concrètement, une distribution d’actions de SFR aux actionnaires de Vivendi sera effectuée au jour de l’opération de scission. La séparation des activités mènera à la création de deux véhicules cotés en Bourse, précise le communiqué.

Lors du DigiWorld qui s’est tenu la semaine dernière à Montpellier, Jean-Yves Charlier, P-DG de SFR, avait confirmé qu’il fallait s’attendre à des changements structurels concernant l’opérateur télécoms. Et ce, dès l’année prochaine.

La direction de Vivendi veut inscrire cette scission à l’ordre du jour de la prochaine assemblée générale annuelle du groupe prévue fin juin 2014.

Avec l’émergence de ce nouveau Vivendi, le top management va évoluer. Vincent Bolloré prendra les fonctions de Président de Vivendi après la scission.

En détenant 5% du capital du groupe Vivendi, l’homme d’affaires qui dirige parallèlement le groupe Bolloré est devenu le premier actionnaire.

Tandis qu’ Arnaud de Puyfontaine, actuellement CEO du groupe britannique Hearst (qui évolue aussi dans le monde des médias), prendra les fonctions de Directeur Général des activités Médias et Contenus dans la nouvelle configuration de Vivendi.

Début octobre, Jean-René Fourtou, actuel Président du conseil de surveillance de Vivendi, avait indiqué à la presse qu’il pourrait quitter Vivendi après la scission du groupe.

Engagé dans une refonte globale de son portefeuille d’activités en vue d’une visibilité plus nette, Vivendi a cédé ses parts dans l’éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard  (85% du capital) et l’opérateur Maroc Telecom (53%).

Cessions d’un côté et renforcement de l’autre. Fin octobre, Vivendi a bouclé un accord avec le groupe Lagardère pour s’emparer du reliquat du capital de Canal+ France qui lui échappait (une transaction à 1,02 milliard d’euros).

—————

Quiz : Connaissez-vous vraiment Numericable ?

————

 


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur