Nouvel iPad : Apple éteint la polémique du coup de chaud

MobilitéTablettes
nouvel-ipad-apple-tablette-mini-ipad

Excessive au dire de certains, insignifiante pour d’autres, l’enveloppe thermique du nouvel iPad fait débat. Apple apaise les foules et rappelle que sa tablette répond aux normes en la matière.

La véhémence du qu’en-dira-t-on a peu d’effet sur Apple. A la face des observateurs qui ont souligné que le nouvel iPad chauffe démesurément en comparaison de l’iPad 2, s’impose un constat : la tablette incriminée “respecte les normes thermiques“.

Cet énième sujet de discorde n’est pas sans rappeler l'”Antennagate” de l’iPhone 4 ou encore ce phénomène d’ampleur qui avait subitement frappé l’iPhone 3G, peu avant l’intronisation de son successeur.

Les explosions d’écran s’étaient soudainement multipliées, tout particulièrement en Europe et, dans une moindre mesure, aux Etats-Unis.

Apple avance aujourd’hui encore la thèse du complot dans le cadre du contentieux judiciaire qui s’en est suivi à l’appui d’une class action lancée à l’initiative de consommateurs américains.

Concernant le New iPad, il n’est pas question d’une quelconque machination. Force tests ont avéré cet échauffement excessif objet du débat.

Il s’agit davantage de déterminer si cette montée en température est à même de constituer un frein, voire une simple contrariété pour l’utilisateur final.

Au dire du site néerlandais Tweakers, l’écart moyen entre l’iPad 2 et son successeur est de l’ordre de 5,3 degrés Celsius, avec un pic à quelque 34 degrés sur une partie précise du châssis, en l’occurrence au niveau d’un haut-parleur.

Les multiples benchmarks publiés sur la Toile concordent sur un point : moindre au démarrage, le fossé thermique entre les deux appareils croît dans l’exercice du traitement graphique.

Sollicité au maximum de ses possibilités, le GPU à quatre coeurs intégré au processeur A5X se révèle non seulement bien plus énergivore que le reste des composants, mais il dégage également nettement plus de chaleur.

Et pour cause : il lui incombe d’orchestrer une restitution d’images en résolution 2048 x 1536 pixels sur un écran Retina Display. Ces bouffées de chaleur en sont d’autant plus logiques, en conclut Apple.

Si de telles températures restent supportables, il convient d’escompter une usure prématurée du produit. C’est sur cet aspect que se base l’argumentaire des détracteurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur