Levée de fonds : Nuxeo séduit Goldman Sachs avec son ECM open source

EntrepriseLevées de fonds
bing-algorithme-mobile
3 2

Goldman Sachs investit 20 millions de dollars dans l’éditeur open source français Nuxeo, spécialiste de la gestion de contenus (ECM).

Nuxeo affole les compteurs.

Après avoir annoncé, au mois de juin, la levée de 10 millions de dollars auprès du fonds britannique Kennet Partners, l’éditeur d’origine française officialise un autre financement, apporté par Goldman Sachs Private Capital Investing.

La structure de capital-investissement rattachée à la banque d’affaires américaine injecte 20 millions de dollars en equity*. Une opération sans précédent pour Nuxeo depuis le démarrage de ses activités à Paris en l’an 2000.

D’abord positionnée sur le consulting, la société a progressivement pivoté vers le monde de l’open source en développant une plate-forme qui permet de créer, de gérer et de déployer des applications de gestion de contenu (ECM, pour « Enterprise content management »).

Nuxeo mise sur la capacité de montée en charge de ses technologies, avec une approche qui consiste à gérer ensemble les données structurées et non structurées. Ses travaux se sont concentrés sur l’adaptation au cloud (utilisation du stockage bloc natif, automatisation, fonctionnement en conteneurs…) et sur les jonctions avec l’univers du big data, via des interfaces avec Spark, Hadoop ou MongoDB.

Maîtriser la data

Le cœur de la plate-forme est open source. Le modèle économique repose sur la commercialisation des outils qui permettent de créer des applications… et des services pour exploiter lesdites applications.

La mise en place de passerelle avec des moteurs de machine learning est une priorité sur la feuille de route, au même titre que le provisionnement de backends NoSQL. Il est également question d’améliorer la connectivité avec les services cloud. Dropbox, Google Drive, Microsoft OneDrive et Box sont déjà pris en charge pour le stockage de documents.

Eric Barroca confiait récemment à nos confrères de Silicon.fr qu’un accroissement des capacités de traitement était dans les cartons, avec la possibilité de gérer 30 à 50 milliards d’objets, contre 1 milliard à l’heure actuelle, tout en conservant les performances actuelles, c’est-à-dire jusqu’à 6 000 requêtes à la seconde par cluster.

Le P-DG de Nuxeo résumait les trois enjeux auxquels les entreprises sont aujourd’hui confrontées : l’augmentation du volume des contenus numériques, la complexité des données et la diversité des canaux de diffusion. Avec une problématique : comment mieux structurer l’information pour faciliter son classement et sa recherche ?

L’aventure américaine

Arrivé aux États-Unis il y a 5 ans, Nuxeo y réalise déjà plus de la moitié de son chiffre d’affaires, annoncé à 7,5 millions d’euros pour l’année 2015. L’objectif de 11 millions est fixé pour 2016, moyennant un renforcement de la capacité de vente outre-Atlantique, à la société possède deux implantations, à New York et Los Gatos (Californie).

Le Japon est dans la ligne de mire pour 2017. Entretemps, il est prévu d’ouvrir des bureaux en Allemagne et au Royaume-Uni. On surveillera aussi d’éventuelles opérations de croissance externe comme celle réalisée en juillet sur InEvo, éditeur d’une solution de gestion du contenu 3D.

Pour ce qui est des références de Nuxeo, on relèvera Leroy Merlin (qui a créé un portail collaboratif), Orange (pour son extranet), Voyages-SNCF.com (pour la gestion de ses contenus médias) et le ministère français de l’Agriculture (pour la gestion de son courrier). À l’international, on mentionnera Boeing, Electronic Arts, Sharp et CapitalOne.

* Apicap (issu du rapprochement entre OTC Agregator et Ardens) et Extendam (anciennement OTC Extend), qui avaient emmené, en 2013, une levée de fonds de 3 millions d’euros, cèdent leurs parts à Goldman Sachs.

Crédit photo : agsandrew – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur