Nvidia voit déjà son Tegra 3 en haut de l’affiche

Mobilité

Nvidia se donne jusqu’à la fin de l’année pour concrétiser l’implémentation de ses processeurs Tegra 3 dans une trentaine de terminaux mobiles, dont des smartphones et tablettes à bas prix.

Parti en conquête sur le marché des processeurs mobiles, Nvidia a fait preuve de minutie dans la définition du plan d’attaque que suivront ses processeurs Tegra 3 pour étendre leur sphère d’influence, avec dans le collimateur une trentaine de terminaux à peupler avant la fin de l’année 2012.

Plus de la moitié des produits ainsi équipés se destineraient aux marchés émergents, en premier lieu aux contrées d’Asie, la Chine en tête.

A cet égard, quelque treize modèles devraient s’afficher en-deçà des 300 dollars en conjonction avec les actuelles offres de subvention des opérateurs, à s’en fier tout du moins aux déclarations de Mike Rayfield.

Directeur général de Nvidia, l’intéressé a évoqué l’imminence d’une baisse généralisée des prix et entériné cette tendance à la démocratisation du nouveau chef de file des Tegra… jusqu’au sein des smartphones et tablettes à bas prix.

Un paradoxe à première vue, alors que les plates-formes quad-core, de par leur standing que justifient des performances inégalées, ne sont pour l’heure vouées qu’à une implémentation dans les terminaux haut de gamme.

Le Tegra 3 ne saurait de prime abord y faire exception, lui qui embarque quatre puces ARM Cortex A9 à 1,3 GHz et un cinquième coeur annexe, moins énergivore, auquel sont déléguées certaines tâches de traitement.

Et pourtant, Nvidia affiche sans ambages son intention de jouer l’universalité et les rabais tarifaires pour ratisser large auprès des consommateurs et se donner autant d’air face à une concurrence qu’emmènent Huawei et son K3VA, Qualcomm et son Snapdragon S4 ou encore Samsung et son Exynos Quad.

Témoin le projet Kai, dont la finalité réside en la commercialisation, au cours de l’été, d’une tablette tactile Tegra 3 à moins de 200 dollars.

A plus long terme, Nvidia est pressenti pour mettre à profit une récente acquisition de 500 brevets technologiques auprès d’IPWireless pour intégrer dans ses processeurs SoC des modems 4G LTE.

Il s’agirait des dénommés i410 et i500, qui offriraient des débits largement supérieurs à ceux actuellement en vigueur… uniquement sur le réseau de l’opérateur américain AT&T dans un premier temps.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur