OpenOffice.org s’apprête à mettre le turbo

Cloud

Les responsables du projet de la suite bureautique open source veulent résoudre les problèmes de performance et parvenir au niveau d’Office.

Les développeurs du projet OpenOffice.org s’attaquent actuellement aux problèmes de performance constatés par les utilisateurs de la suite bureautique, certains s’étant plaints que le démarrage de l’application était relativement long, notamment sur les systèmes d’exploitation Linux.

Dans la mesure où ces problèmes sont en grande partie causés par Linux, le projet envisage de les résoudre grâce à un préchargement de l’application sur les systèmes. Cette opération risque d’accaparer des ressources processeur mais améliorera probablement les performances, a déclaré Michael Meeks, un développeur OpenOffice à temps complet employé par Novell, au cours d’une présentation à la conférence LinuxWorld de Boston.

OpenOffice est une suite bureautique comprenant un éditeur de texte, un tableur et un outil de dessin. L’application a été rachetée en 1999 par Sun Microsystems, qui en a publié le code en open source en 2000. Sun demeure, de loin, le principal contributeur au projet, suivi par Novell, Intel, Google et Red Hat.

Le modèle de développement de l’application a récemment été modifié. Alors que le cycle de publication des nouvelles versions de la suite était précédemment de 18 mois, les mises à jour et améliorations apparaissent désormais tous les 3 mois. A court terme, ce système devrait permettre à l’application de bénéficier d’un gain de vitesse, selon Michael Meeks.

De gros efforts à réaliser du côté de Calc

Le développeur a ajouté qu’il était également nécessaire d’améliorer drastiquement les performances de Calc, une application similaire au logiciel Excel de Microsoft. “Excel dispose d’une énorme équipe [de développeurs] et c’est un superbe logiciel. Nous sommes vraiment à la traîne dans ce domaine et notre investissement actuel n’est pas très important. L’amélioration de Calc est le prochain grand chantier que nous devons entreprendre”, a-t-il déclaré.

Michael Meeks a cité l’exemple d’une société qui a décidé de transférer un gros fichier Excel vers OpenOffice. Alors que le fichier réalisait ses calculs en 30 secondes sur le logiciel de Microsoft, il lui a fallu 3 heures sur Calc. Les développeurs sont parvenus à réduire ce temps à 1 heure mais Michael Meeks considère qu’il reste beaucoup de travail à faire.

OpenOffice prévoit également d’améliorer ultérieurement le support des importations de macros, tout en travaillant à une version 64 bits de la suite bureautique. Michael Meeks n’a pas indiqué quand ces fonctionnalités seraient disponibles car le projet open source a pour principe de ne jamais fixer de dates de sortie et de proposer les nouveautés simplement lorsqu’elles sont finalisées.

(Traduction d’un article de VNUnet.com en date du )


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur