Oracle : toujours pas de reprise de l’activité

Cloud

Dans un contexte où les analystes scrutent les moindres signes de reprise des investissements informatiques, les résultats d’Oracle étaient très attendus. Or ceux-ci déçoivent…

Après OracleWorld, l’éditeur se retrouve une nouvelle fois sous les feux de la rampe avec la publication des résultats financiers de son premier trimestre. Ceux-ci étaient en effet très attendus car Oracle est perçu par les analystes financiers comme un véritable baromètre des dépenses informatiques des entreprises. Malheureusement, les résultats d’Oracle n’incitent pas à l’optimisme. L’éditeur a certes vu, grâce à un programme de réduction des coûts, ses bénéfices progresser de 28 % sur un an à 440 millions d’euros, en ligne avec le consensus compilé par Thomson Financial. Son chiffre d’affaires, en revanche, affiche une hausse de seulement 2 % à 2,07 milliards de dollars, alors qu’Oracle tablait encore en juin dernier sur une croissance de 4 à 7 %. Ce sont surtout les ventes de nouvelles licences, principal indicateur de la santé d’un éditeur, qui constituent la mauvaise surprise. Elles se sont inscrites en baisse de 7 % à 525 millions de dollars, ce qui est bien inférieur aux prévisions des analystes qui, selon Reuters, attendaient en moyenne 592 millions. En revanche, les revenus récurrents provenant des mises à jour de licences et de maintenance ont progressé de 14 % à 1,03 milliard de dollars. Pour le deuxième trimestre, Oracle table sur une croissance de 2 à 5 % du chiffre d’affaires, mais craint que les ventes de nouvelles licences soient encore à la traîne. Tout dépend de l’évolution de l’activité aux Etats-Unis.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur