Oracle veut dominer les bases de données avec 9i

Cloud

Très confiant dans sa capacité à conserver sa première place sur le marché des bases de données, Oracle lance (enfin, diront certains) la version 9i de son logiciel phare. Les améliorations de performances et les nouvelles fonctions ne seront pas de trop pour résister à la pression d’IBM et de Microsoft.

Oracle vient de lever le voile sur 9i, la toute dernière version de son produit phare, dans un contexte de marché difficile où la firme a subi la pression grandissante d’IBM (qui vient de racheter Informix) et de Microsoft. Reflet de cette pression, le prix de l’action a chuté régulièrement cette année pour atteindre 15,5 dollars, alors qu’il avait atteint un maximum de 46 dollars. Deux raisons essentielles : le ralentissement de l’économie et la perception générale qu’Oracle perdait son avance sur un marché qu’il avait jusqu’alors largement dominé. Environ 70 % des bénéfices de la firme proviennent des bases de données.

Un produit de qualité… à un tarif élevé

Bien que la plupart des commentateurs sont d’accord pour dire qu’Oracle continue de mener la danse en termes de performances, la popularité du produit a été largement entaillée par les énormes augmentations de prix dues aux modifications dans le mode de cession des licences (voir édition du 24 octobre 2000). Ces changements ont amené certains clients à payer plus d’un million de dollars de plus que ce qu’ils auraient déboursé pour des produits concurrents. Du coup, les analystes des cabinets Gartner Group et Meta Group ont conseillé à leurs clients de bien évaluer les solutions alternatives afin d’évaluer si elles ne seraient pas suffisantes.

Malgré tout, Oracle reste toujours le leader sur le marché (voir édition du 25 avril 2001), selon des chiffres donnés par Gartner Dataquest, et semble très confiant dans la diffusion de sa version 9i. La firme assure que son produit est plus puissant, plus fiable, et sera capable de récupérer toutes les parts de marché perdues.

De nouvelles fonctions clés

Normalement attendue pour ce printemps, la base de données 9i inclut des fonctions de clustering d’applications basées sur la technologie de fusion de cache, qui, selon Oracle, permet une montée en puissance par ajout de machines sans dégradation des performances. Autre fonction clé, le module DejaView permet de régénérer des données dans leur état originel à n’importe quel moment. De plus, une fonction de cache sur le serveur d’applications permet de stocker des pages Web en mémoire. Oracle 9i permet également de corriger les erreurs d’entrée de données sans arrêter le serveur. Enfin, l’éditeur promet un gain de 1 300 % de la capacité de gestion de trafic.

Oracle espère que 70 % des utilisateurs actuels de 8i effectueront la mise à jour vers 9i, mais les analystes estiment ce chiffre bien trop élevé et pensent que les clients attendront de voir si Oracle modifie de nouveau sa politique de tarification avant de considérer la mise à jour.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur