OSGI : Java connecte la maison à Internet

Régulations
Information - news

Quinze grands industriels de l’informatique et des télécoms ont fondé le consortium Open Service Gateway Initiative, pour relier grâce à Java les ordinateurs à l’électroménager.

Lancé cette semaine, l’Open Service Gateway Initiative (OSGI) rassemble des géants de l’informatique et des télécoms comme IBM, Sun, Oracle, Ericsson, Mororola ou encore Cable & Wireless, pour n’en citer que quelques-uns. Leur ambition : créer et promouvoir les spécifications d’une passerelle ouverte (Open Gateway) qui permettra aux fournisseurs de services en ligne de proposer des applications destinées aux réseaux domestiques. Ces services pourraient couvrir la surveillance et la sécurité à distance, la gestion de l’énergie ou la communication dans la maison en réseau local.

Un modèle retenu pour les spécifications de la plate-forme est celui d’un serveur à domicile (sous la forme d’un boîtier électronique évolué par exemple), qui agirait comme une interface entre les réseaux téléphoniques extérieurs et le réseau interne du lieu d’habitation. Comme la technologie OSG ne requiert pas forcément un PC, on comprend qu’elle ouvre de nouvelles perspectives de marchés pour les appareils “intelligents” (téléviseur, magnétoscope ou frigo communicants). Le langage universel au coeur de l’OSG est Java. Il a été retenu dans le but de développer des spécifications compatibles avec les prochains protocoles Jini, Bluetooth et l’Universal Plug and Play de Microsoft. La compatibilité est aussi envisagée avec les technologies émergentes comme l’ADSL (haut débit sur les fils du téléphone). “Grâce au cahier des charges de l’OSGI, nous apporterons des communications intégrées jusqu’en bout de chaîne ? à la maison”, a commenté Chris Gare, responsable réseaux chez Cable & Wireless. Une première version du document devrait être publiée en mai, la version finale étant prévue pour l’été.

Le succès est toutefois encore loin d’être garanti. Certes, l’OSGI compte parmi ses membres de nombreux grands acteurs en plus de ceux déjà évoqués, comme Lucent Technologies, les français Alcatel et EdF, Network Computer, Nortel Networks, Philips Electronics ou Sybase. Mais il manque à l’appel un géant incontournable du monde informatique : Microsoft. Disposé à développer son propre langage concurrent de Java (voir éditions du 9 février 1999 et du 22 février 1999), Microsoft n’a évidemment pas souhaité participer à l’initiative OSG. D’où l’avis peu encourageant de certains analystes, à l’exemple du consultant de Frost & Sullivan, Patrick Hee :“De grandes compagnies sont impliquées, mais Microsoft manque à la liste. A vue de nez, cela donne de grandes chances pour que l’initiative ne marche pas”.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur