Razer met la main sur la partie logicielle d’Ouya

EntrepriseFusions-acquisitions
razer-acquiert-actifs-logiciels-ouya
1 0

L’intérêt de Razer pour Ouya se confirme avec l’acquisition d’actifs logiciels de la start-up qui a conçu la console de jeux Android. Une tactique qui pourrait booster Android TV.

En juin dernier, les rumeurs allaient bon train quant à l’acquisition de Ouya par Razer, fabricant américain de PC et de périphériques pour les jeux vidéo.

L’intérêt pour la partie logicielle de la start-up qui a conçu la console de jeux Android était alors déjà évoqué et se confirme aujourd’hui.

Dans un communiqué, Razer annonce en effet l’acquisition de la partie logicielle de Ouya. Cela inclut son catalogue de jeux vidéo et sa plate-forme de distribution en ligne.

L’équipe de développement de Ouya va rejoindre celle de Razer, exception faite de Julie Uhrman. La fondatrice et dirigeante de Ouya n’a d’ailleurs pas tardé à s’exprimer via Twitter, remerciant tous ceux qui ont participé à l’éclosion de la console Ouya.

Le montant de la transaction n’a pas été évoqué.

Mais, Razer a en revanche indiqué poursuivre le support de la console Ouya, avec mises à jour Android et nouveaux jeux. Selon Techcrunch, la firme américaine prévoirait d’étendre ce support sur un an au moins.

Au cours de cette période, Razer prévoit également une phase de migration vers sa propre plateforme baptisée Cortex TV et sa set-top-box console Forge TV pour les actuels possesseurs de consoles Ouya.

Concrètement, des ristournes leur seront proposées sur les produits Razer, dont principalement la Forge TV, et les comptes Ouya pourront être migrés vers la plateforme Cortex TV de Razer.

Razor met la main sur un catalogue de plus de 1000 jeux optimisés pour les écrans TV et une plate-forme en ligne de distribution. Ces jeux et ce magasin en ligne seront intégrés dans la plate-forme Cortex TV. Les contrôleurs de la Ouya seront également supportés par la Forge TV.

Initiée sous forme de projet Kickstarter en 2012 avec un objectif de financement d’un million de dollars, la console Ouya a séduit plus de 64 000 internautes qui ont soutenu le projet à hauteur de 8,6 millions de dollars. La campagne Ouya reste à ce jour l’une des mieux financées sur la plateforme de crowdfunding américaine.

La console jouait la carte des jeux vidéo indépendants avec son propre app store et une version modifiée d’Android. Ce soutien a permis la commercialisation de la petite console au design signé Yves Béhar au tarif de 119 dollars.

Ouya a également cherché à ouvrir son app store à d’autres appareils tels que la console Android de Mad Catz Interactive, la tablette Wikipad et plusieurs boîtiers multimédia de Xiaomi.

La plateforme offrait aussi la possibilité aux développeurs de créer des jeux Android adaptés à la télévision haute définition et à l’usage d’un contrôleur physique. L’expérience des jeux Android sur grand écran, tel était ainsi la promesse de la Ouya.

C’est cette promesse que Razer reprend à son compte, espérant faire décoller les set-top-boxes évoluant sous Android TV. « Razer a une vision à long terme pour Android TV et les consoles de télévision basées sur Android, comme la Mi Box de Xiaomi et la Tmall Box d’Alibaba, vers lesquelles Ouya est déjà tournée« , a déclaré Min-Liang Tan, co-fondateur et CEO de Razer.

« Le travail de Ouya avec les développeurs de jeux, à la fois triple A et indés, fut un long chemin pour apporter des jeux Android dans le salon et Razer a l’intention de poursuivre ce travail. Cette acquisition permettra de pousser plus de développeurs et de contenu vers la plate-forme Android TV. »

Début 2013, Ouya avait levé 15 millions de dollars auprès d’un panel de fonds d’investissement comprenant Kleiner Perkins Caulfield & Byers (qui avait soutenu Electronic Arts à l’origine), Mayfield Fund, Shasta Ventures et Occam Partners.

Parmi les investisseurs figure aussi Nvidia (une puce Nvidia Tegra 3 quad-core équipe d’ailleurs la console). Et, plus récemment, en février 2015, le groupe e-commerce chinois Alibaba a injecté 10 millions de dollars.

(Crédit photo @Ouya)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur