P2P : WinMX capitule sous la pression de la RIAA

Mobilité

Le service de partage de fichiers n’est plus actif et son site Web a fermé ses portes.

Le site Web dédié à l’application de partage de fichiers WimMX a été fermé, ce qui suggère que le service, connu pour ses entraves à la loi sur le copyright, a été réduit au silence sous la pression de la Recording Industry Association of America(RIAA), qui regroupe les majors américaines.

La semaine dernière, des lettres d’injonction ont été envoyées à sept services de partage de fichiers mais la RIAA a refusé d’indiquer quels réseaux peer-to-peer (P2P) spécifiques étaient visés. L’association s’appuie sur une décision prise en juillet par la Cour Suprême des Etats-Unis, selon laquelle les éditeurs de services de partage de fichiers sont responsables des éventuelles infractions au copyright (voir édition du 28 juin 2005).

Parallèlement, l’agence de presse Reuters suggère que eDonkey, un autre service de partage de fichiers, a été contraint de fermer un bureau à New York dont les coordonnées figuraient sur son site Internet. Toutefois, selon d’autres sources d’information, la société aurait déménagé dans un autre bâtiment depuis un an.

Un phénomène en ralentissement

Dans une contribution sur son blog, Mark Mulligan, directeur de recherche chez Jupiter Research, estime que la fermeture de quelques services P2P ne stoppera pas pour autant le partage de fichiers en ligne. “Le partage de fichiers sera moins courant à long terme mais il subsistera”, écrit l’expert.

“Le défi pour l’industrie du disque consiste à poursuivre l’assaut contre les réseaux P2P afin de les marginaliser et de faire place nette pour des services légaux (…) Si eDonkey et WinMX disparaissent, ce sera une victoire importante pour l’industrie du disque mais cela ne représentera qu’une bataille gagnée dans une guerre de longue haleine”, poursuit Mark Mulligan.

(Article traduit de Vnunet.com)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur