Padoa : une levée de fonds dans la tribu AssurTech de KAMET Ventures

EntrepriseLevées de fondsManagementRessources humainesStart-up
padoa-levee-fonds

KAMET Ventures, le start-up studio rattaché à AXA, injecte 5 millions d’euros dans l’un de ses projets : Padoa, qui digitalise le suivi de santé au travail.

Un ticket à 5 millions d’euros pour KAMET Ventures.

Le « start-up studio » monté par le groupe AXA pour créer de nouveaux services et métiers dans le secteur de l’assurance avait fait part, en début d’année*, de cet engagement financier à destination d’un de ses projets. En l’occurrence, Padoa, au sujet duquel il était, à l’époque, resté discret.

Depuis la semaine passée, l’investissement est officiel dans cette jeune pousse  qui exploite le digital pour moderniser la santé au travail.

Le développement du projet s’inscrit dans le cadre de la révision du Code du travail, dont l’article 102 de la loi no 2016-1088 du 8 août 2016 « relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels » (loi El Khomri), assorti d’un décret d’application (no 2016-1908) entré en vigueur le 1er janvier 2017, modifie certaines dispositions.

Les dispositions en question portent notamment sur la périodicité du suivi de l’état de santé. Celui-ci n’est plus uniforme : il s’adapte à chaque cas.

Dans cet esprit d’individualisation, Padoa exploite le numérique pour permettre aux collaborateurs en entreprise de réaliser leurs visites sur une tablette équipée d’une application de tests médicaux et associé à des objets connectés.

À l’issue du processus, accompagné par une infirmière, les données sont intégrées au dossier médical de santé au travail.

Un projet très AXA

Cofondateur de Padoa et directeur de la stratégie, Nicolas Telle affirme aux Échos que l’utilisation de sa solution peut réduire de 20 % le coût moyen de la consultation par salarié – aujourd’hui estimé à 100 euros.

Cet ancien du Boston Consulting Group (où il a travaillé sur des problématiques de transformation digitale) s’est entouré, depuis l’immatriculation de l’entreprise en novembre 2016, d’une vingtaine de personnes. Un effectif qu’il est question de doubler à l’horizon 2018, tout en atteignant les 30 000 salariés suivis, contre 3 000 à l’heure actuelle.

Aux côtés de Nicolas Telle, on retrouve, dans l’équipe fondatrice, deux anciens d’AXA : le directeur technique Frédéric de Mesmay (qui fut « Business Value Manager » au sein du groupe d’assurance) et le directeur produit Lionel Cassier (passé par le Data Innovation Lab d’AXA). Julie Prévôt-Leygonie, venue de l’Association française d’épargne et de retraite, est également dans la boucle.

Les sociétés qui mettent en place Padoa n’ont pas à adhérer à un centre de médecine du travail interentreprises : leur service de santé, elles le constituent en interne. Ce qui implique, entre autres, de signer un contrat de travail avec un médecin du travail et de créer un local d’infirmerie.

Padoa se propose d’accompagner ses clients dans cette phase, entre l’identification d’un médecin du travail et, si nécessaire, l’intégration d’une infirmière dans l’entreprise, voire la mise à disposition de spécialistes.

À voir en complément, une interview de Stéphane Guinet. Sur le salon VIVA Technology 2016, l’instigateur de KAMET Ventures était revenu, pour ITespresso.fr, sur la genèse et les perspectives de ce dispositif doté d’un financement initial de 100 millions d’euros.

* À cette occasion, KAMET Ventures avait officiellement donné naissance à ses deux premières start-up : Qare (plate-forme en ligne pour la prise de contact et de rendez-vous avec des médecins) et Fixter (mise en relation de propriétaires de voitures avec des garagistes).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur