Palm baisse le rideau de son site MyPalm.com

Cloud

Mauvaise surprise pour les utilisateurs de MyPalm.com : le site de Palm qui permet d’accéder à son agenda et son carnet d’adresses en ligne fermera ses portes le 10 janvier prochain. A cette date, toutes les données seront effacées, mails compris, sauf pour les possesseurs d’un PDA de la marque doté d’une connexion sans fil.

Le message a dû en surprendre plus d’un : “A partir du 10 janvier 2002, Palm n’offrira plus le portail MyPalm” indique en effet un avertissement sur le site en question, “Tous les services du portail Web MyPalm, comme le carnet de rendez-vous et le carnet d’adresses, vont fermer […] Toutes les données PIM […] seront définitivement effacées du portail MyPalm et ne seront plus accessibles.” En clair, les utilisateurs ont tout intérêt à rapatrier leur données, Palm ferme MyPalm. Ouvert il y aura un an fin décembre, le service en ligne de Palm permettait d’accéder à ses données sur le Net, soit directement depuis son PDA si celui-ci bénéficie d’une connexion sans fil (les modèles Palm VII et VIIx) soit en reliant son PDA à un PC connecté. C’est terminé, sauf pour les possesseurs d’un Palm VII ou VIIx, qui conserveront leur adresse e-mail puisque le service de connexion sans fil est assuré par Palm et le restera. Interrogée par Cnet, une porte-parole de la société, ancienne filiale de 3Com, explique que l’idée de départ n’a pas rencontré le succès escompté, “Notre intérêt dans le Web PIM [“personal information management”, gestion des informations personnelles, ndlr] était fondé sur l’hypothèse qu’il serait plus largement adopté et qu’il profiterait de revenus comme la publicité et les abonnements” confie-t-elle, “Cela ne s’est pas produit dans l’industrie”.

Victime des services .Net de Microsoft ?

La fermeture de MyPalm intervient dans un contexte difficile pour Palm qui traverse une période de crise financière illustrée par des licenciements et dont le Pdg vient de démissionner. Le constructeur a par ailleurs retardé la sortie d’un modèle de PDA doté d’une connexion sans fil permanente dont les acheteurs auraient certainement utilisé MyPalm. La société avait investi dans le portail notamment en rachetant Anyday.com qui à l’époque était valorisé à hauteur de 80 millions de dollars (environ 91 millions d’euros). L’année 2001 aura vu la disparition d’un certain nombre de services en lignes sinon comparables, du moins proches, tels ceux de stockage gratuit dont un bon nombre ont mis la clé sous la porte. Le service d’AOL (Netscape Webcalendar) fonctionne toujours par exemple, mais les regards se portent désormais sur Microsoft qui déploie ses services en ligne dans le cadre de sa stratégie “.Net My Services”. Le géant du logiciel a les reins autrement plus solides que ceux de Palm et peut se le permettre. Si les services .Net seront accessibles sous Pocket PC, on doute qu’il le soient sur Palm !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur