Partnership on AI : Apple rejoint le club intelligence artificielle des GAFA

GouvernanceManagementRégulations
apple-partnership-ai

Apple s’associe à Google, Microsoft, Facebook, Amazon et IBM au sein d’une organisation à but non lucratif dédiée à la recherche dans l’intelligence artificielle.

Voilà Apple inscrit sur la liste des membres fondateurs de Partnership on AI.

La firme aura attendu quatre mois pour rejoindre officiellement cette organisation à but non lucratif qui fédère Amazon, Facebook, IBM, Microsoft et Google (ainsi que sa filiale DeepMind, via la holding Alphabet) autour de la thématique de l’intelligence artificielle.

Sur le papier, elle bénéficie du même statut que ses associés, au regard de son implication « aux prémices du projet », selon Forbes, qui s’est entretenu avec Eric Horvitz.

« Apple a toujours été considéré comme un membre fondateur », affirme l’intéressé, qui explique que les travaux sur l’iPhone 7 et iOS 10 ont « simplement » été prioritaires.

Directeur chez Microsoft Research, il fait partie du board de Partnership on AI, où siégeaient également, jusqu’à présent, Tom Gruber (Apple), Greg Corrado (DeepMind), Ralf Herbrich (Amazon), Francesca Rossi (IBM) et Yann Le Cun (Facebook).

Le cercle va s’agrandir avec Dario Amodei (OpenAI), Carol Rose (Union américaine pour les libertés civiles), Subbarao Kambhampati (Association for the Advancement of Artificial Intelligence), Deirdre Mulligan (UC Berkeley), Eric Sears (Fondation MacArthur) et Jason Furman (Peterson Institute for International Economics).

L’argument IA

Cette « diversité de pensée » doit, d’après l’association, permettre d’aborder « plus efficacement l’influence de l’intelligence artificielle sur les individus et la société ».

La réflexion se portera notamment sur la manière dont les algorithmes sont aujourd’hui entraînés et sur les biais que peuvent introduire ces pratiques. Il s’agira aussi de développer des standards d’interaction homme-machine, entre autres dans le domaine de la voiture autonome.

Pour Apple, il en va d’une logique d’attractivité, à l’heure où la concurrence monte en puissance, à l’image de Google et d’Amazon, dont les assistants vocaux font de l’ombre à Siri.

Le « marque à la pomme » avait déjà fait un pas en avant avec la publication, le 22 décembre 2016, d’un premier article scientifique sur ses travaux dans le machine learning (plus particulièrement l’amélioration des algorithmes de reconnaissance d’images en s’appuyant sur des données générées par ordinateur).

À en croire un ancien employé qui s’est confié à Reuters, la dynamique est enclenchée : ces dernières années, le nombre d’experts en IA aurait triplé, voire quadruplé dans les rangs d’Apple.

La stratégie de croissance externe y a contribué, que ce soit avec Tuplejump, Turi ou Emotient, trois start-up acquises en 2016.

Apple a par ailleurs apporté son soutien au SoftBank Vision Fund. Dotée d’une enveloppe initiale de 45 milliards de dollars, la structure ambitionne de devenir « le plus grand investisseur dans les technologies sur la prochaine décennie ». Elle est susceptible de monter sur le domaine de l’IA.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur