Paul Otellini succède à Craig Barrett à la tête d’Intel

Mobilité

A 62 ans, Craig Barrett cède sa place à Paul Otellini, 51 ans. Celui-ci aura la lourde tâche de poursuivre le développement des processeurs tout en introduisant Intel sur de nouveaux marchés comme celui des serveurs de haut niveau. Quant à Craig Barrett, il va s’employer à réfléchir aux stratégies de développement du groupe sur le moyen et long terme. Rapide parcours de la carrière des deux hommes.

“Considérez-moi comme M. Extérieur et considérez Paul comme M. Intérieur, responsable des développements produits, des ventes et de la fabrication”, a déclaré Craig Barrett, mercredi 16 janvier, à l’occasion d’une conférence de presse téléphonique à propos de sa passation de pouvoir. Paul Otellini est nommé COO (Chief Operating Officer, l’équivalent du directeur général) d’Intel. Une route toute tracée pour devenir le cinquième président de la société dans les mois qui viennent. Craig Barrett, l’actuel PDG, va se concentrer sur la stratégie de développement de l’entreprise.

A 62 ans, Craig Barrett cède les rênes de la maison pour se diriger tranquillement vers la retraite (même si l’homme dit n’avoir aucune intention d’anticiper son départ) après avoir dirigé le n° 1 des fabricants de processeurs pendant plus de quatre ans. Né en 1939 à San Francisco, Craig Barrett effectue ses études d’ingénieur et de sciences appliquées à l’Université de Stanford de Palo Alto où il enseignera, avant de rejoindre Intel en 1974, soit 6 ans après la création de l’entreprise, en tant que responsable des développements technologiques. Dix ans plus tard, il est nommé vice-président puis vice-président senior en 1987 et vice-président exécutif en 1990. Il ne cessera de gravir les échelons jusqu’à la plus haute marche en passant par sa nomination au bureau de direction en 1992, directeur général (Chief Operating Officer) l’année d’après et Président dès 1997. En 1998, il assume la responsabilité complète avec le titre de PDG (Chief Executive Officer, CEO).

Du 8080 à l’Itanium

Craig Barrett a donc quasiment vécu toute l’évolution de la société et a participé aux développements technologiques de quasiment tous les processeurs maison. Arrivé avec le 8080 (seuls les 4004 et 8008 lui avaient précédé), il travaille au développement de l’architecture x86 avec les processeurs 8086 et 8088 en 1978, lesquels équipent les PC d’IBM. C’est le début de la fortune pour Intel. Il assistera à la naissance de la famille “x86” (80286, 386 et 486) puis des Pentium et Celeron jusqu’aux Xeon et Itanium. Craig Barrett a su faire évoluer les puces d’Intel sur la base de la loi de Moore (qui veut que la puissance double avec le nombre de transistors tous les 18 mois environ) tout en renforçant la position économique de la société malgré une concurrence grandissante avec AMD mais aussi VIA-Cyrix et Transmeta. C’est donc en toute logique et avec un peu de recul qu’il va désormais consacrer son temps aux perspectives d’évolution de l’entreprise basée à Santa Clara.

A 51 ans, Paul Otellini aura la lourde tâche de réussir à introduire Intel sur de nouveaux marchés, notamment ceux des serveurs de haut niveau et de communication avec les processeurs 64 bits Itanium et Mc Kinley, ou encore les processeurs pour clients légers et PDA avec les StrongARM, tout en conservant son leadership. Présent dans la maison depuis 27 ans (comme son prédécesseur, il est entré chez Intel en 1974 avec un MBA de Berkeley), Paul Otellini était, depuis 1998, vice-president et directeur général de l’architecture Intel. Un poste à haute responsabilité quand on sait que le marché du processeur représente annuellement une vingtaine de milliards de dollars de chiffre d’affaires pour la société. Plus commercial que technicien, Paul Otellini travaille dans différents services avant d’apparaître comme responsable du département composants périphériques. En 1989, il devient l’assistant d’Andrew Grove, cofondateur et PDG, qui le nomme, l’année suivante, responsable général de la division processeurs. Il supervisera l’introduction, en 1993, d’une nouvelle architecture, le Pentium. Un succès technique et commercial qui le mène naturellement à assurer les développements des processeurs et de leurs architectures en 1998.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur