Paylib sans contact : les banques posent doucement les premiers jalons

Apps mobilesE-paiementMarketingMobilitéSmartphones
paylib-sans-contact
6 58

Après Société Générale, BNP Paribas ouvre à ses clients le service de paiement sans contact associé au porte-monnaie électronique Paylib.

Kix chez BNP Paribas, M-Carte chez le Crédit Mutuel, « Paiement Mobile Société Générale » chez la banque du même nom… Autant d’applications qui n’ont pas passé l’année 2016.

Difficile de ne pas y voir un « effet Paylib ».

Les trois banques susmentionnées sont membres du groupement qui porte cette solution de portefeuille électronique lancée en septembre 2013.

Face à un taux d’adhésion encore faible (600 000 membres inscrits, pour 1 600 e-commerçants dans la boucle), l’offensive s’étend au-delà des achats en ligne pour toucher au commerce physique.

La première véritable communication en la matière remonte à mai 2016. Paylib s’ouvrait alors officiellement au sans contact pour le paiement chez les commerçants équipés de terminaux compatibles.

Dans la pratique, aucune des cinq banques* accompagnant le projet n’avait encore intégré la fonctionnalité au sein de ses services. Il était question d’une disponibilité en fin d’année pour le grand public.

L’iPhone hors jeu

La Société Générale aura été la première à dégainer, fin janvier (voir les premiers retours sur son implémentation).

BNP Paribas enclenche à son tour le levier, à travers son application « Mes Comptes ». L’activation débute aujourd’hui, le déploiement devant être finalisé début mars.

Comme chez la Société Générale, le plafond maximal de 300 euros par dépense a été retenu. Conformément à la réglementation actuelle, les transactions d’un montant supérieur à 20 euros nécessitent la saisie, sur le téléphone mobile, d’un code PIN.

Autre restriction : le sans contact n’est utilisable que sur Android, faute d’un accès au composant NFC « fermé » de l’iPhone. « Ce point pourra évoluer en fonction de la position et de la politique d’Apple », est-il précisé dans la FAQ de Paylib.

La firme de Cupertino exploite effectivement son propre système de paiement mobile : Apple Pay, poussé en France par Edenred (Ticket Restaurant), Groupe BPCE et Carrefour Banque.

En attendant Android Pay

Sur Android, le chemin est encore dégagé : ni Google, ni Samsung, les deux principaux acteurs sur ce créneau, n’a encore lancé son offensive en France, où, d’après les statistiques du Groupement des cartes bancaires (GIE CB), près d’un demi-million de commerces sont équipés de TPE sans contact – soit 35 % du parc CB.

Paylib présente l’avantage de fonctionner avec ces TPE sans dépendre de la carte SIM et donc de l’opérateur : il repose sur la technologie HCE (Host Card Emulation ; les données de carte ne sont pas logées dans un élément physique du téléphone, mais sur le cloud).

BNP Paribas n’évoque pas, dans son annonce, le cas des clients Hello Bank. Mais Paylib affirme, sur son site Web, que le service sans contact sera « ouvert très prochainement » pour les clients de la banque en ligne.

* La Banque Postale et le Crédit Agricole sont également membres du consortium, que le Crédit Mutuel CIC devrait devrait rejoindre cette année (Crédit Mutuel Arkéa étant déjà dans la boucle). Il s’agit officiellement d’un projet du GIE CB, mais certains réseaux bancaires n’ont pas adhéré à la démarche, à l’image de BPCE, qui exploite le service S-Money.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur