Plan Cloud Computing : 10 mesures pour la nouvelle France industrielle

Régulations
plan-cloud-france-industrielle

Chefs de projet du plan Cloud Computing, Thierry Breton (Atos) et Octave Klaba (OVH) ont vu leur feuille de route validée par le comité de pilotage de la nouvelle France industrielle.

Le plan Cloud Computing entre officiellement en action. Ses chefs de projet (le P-DG d’Atos Thierry Breton et le directeur général d’OVH Octave Klaba) ont obtenu la validation de leur feuille de route, présentée ce 4 juin devant le comité de pilotage de la “nouvelle France industrielle“.

Remis, après un point d’étape en janvier, au ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique Arnaud Montebourg, le rapport Klaba-Breton inclut 10 propositions visant à accélérer l’émergence d’une alternative aux services de grands groupes américains comme Amazon, Google et Microsoft. Il s’appuie sur les contributions de nombreux acteurs parmi lesquels Orange, Bull, Cloudwatt, Numergy ou encore Jolicloud. Les associations et syndicats professionnels Syntec, Afdel et Eurocloud ont également apporté leur pierre à l’édifice.

L’une des mesures phares du plan porte sur la création d’un label européen “Secure Cloud” qui serait attribué à tous les services, quelle que soit leur nationalité. La création de ce label impliquera une révision de la réglementation européenne ainsi qu’une coopération renforcée entre la France et l’Allemagne.

Le deuxième point concerne le “rôle essentiel” que doit jouer l’État, invité à moderniser son action en se dotant d’une véritable DSI et en ouvrant un Appstore à l’attention des collectivités locales. La troisième résolution touche aux marchés public avec la promotion d’une politique “Cloud First” et une neutralité vis-à-vis des offres.

La transformation numérique des entreprises et le développement de services cloud personnels pour le grand public sont également inscrits comme des priorités à l’agenda. Même constat pour la création potentielle d’un espace de confiance européen. Celui-ci serait ouvert à tous les opérateurs, relançant l’idée d’un “espace Schengen des données” à laquelle Thierry Breton avait fait allusion dès l’été 2013.

Les problématiques de souveraineté et de sécurité faisant l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics et des industriels, la localisation des données dans les data centers en France constitue un autre enjeu majeur. Il est également question de mettre en place une “plate-forme Tremplin” destinée à soutenir la transition des éditeurs et fournisseurs vers des offres SaaS et PaaS (logiciels et plates-formes en tant que services).

Dans un contexte de réduction des dépenses publiques, le soutien à l’innovation dans la filière se fera, selon les rapporteurs, par une réorientation des budgets vers le cloud et l’engagement de Bpifrance. Ultime chantier : l’ouverture d’un observatoire du cloud, associé au renforcement de la formation, de l’attractivité et de l’organisation de la filière.

Comme le note Silicon.fr, le comité de pilotage réuni sous l’égide d’Arnaud Montebourg, Stéphane Le Foll (Agriculture) et Axelle Lemaire (secrétaire d’État au Numérique) a validé six autres plans ce mercredi : souveraineté télécoms, cybersécurité, réalité augmentée, textiles techniques et intelligents, produits innovants pour une alimentation sûre, qualité de l’eau et gestion de la rareté. Les autres feuilles de route doivent être validées par le comité avant le 14 juillet. Cette étape donnera le coup d’envoi de la mise en oeuvre opérationnelle des 34 plans de la “nouvelle France industrielle”.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous les grands groupes français du Web ?

Crédit illustration : Iaroslav Neliubov – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur