Plyce 3.0 : nouvel assaut sur le shopping géolocalisé sur smartphone

EntrepriseMarketingStart-up
plyce-shopping-geolocalise-smartphone-applications

Plyce lance la V 3.0 de son application mobile de shopping géolocalisé. Son président détaille les forces du modèle et les ambitions de la start-up française sur un marché en plein boom.

Lundi matin, Bruno Massiet du Biest, Président de Plyce (et ex-fondateur du service 118 218), organisait un point presse téléphonique à l’occasion du lancement de la version 3.0 de l’application de shopping géolocalisé.

Alors que l’éditeur se présente comme le “pionnier français” en la matière.

L’occasion de commenter le développement accéléré de l’usage du mobile dans les décisions et les actes d’achat des “mobinautes”.

“On constate une explosion des usages du mobile : au 3ème trimestre en France, il y avait 24 millions de smartphones et 40% des français connectés à l’Internet mobile”, déclare Bruno Massiet du Biest sur la foi d’une étude Médiamétrie réalisée en septembre 2012.

“C’est une croissance très rapide et l’on peut déjà affirmer que, d’ici 2 à 3 ans, 100% des utilisateurs seront équipés de smartphones.”

Près de 20 millions de consommateurs, soit trois Français sur dix, ont utilisé en 2012 leur mobile pour consulter des sites marchands, géolocaliser des points de vente, consulter des avis de consommateurs ou comparer des prix.

plyce-bruno-massiet-du-biest-shopping-geolocaliseLe président de Plyce précise : “En deux ans, le taux d’usage a quasiment doublé. Et les enquêtes récentes réalisées auprès des consommateurs montrent que ce mouvement va s’accélérer.”

Il cite un autre chiffre impressionnant, tiré cette fois-ci de l’étude SNCD –Mobile Marketing Attitude : 60% des utilisateurs passent plus d’une heure par jour sur leur smartphones ou leur tablette. Et tout cela s’accompagne d’une forte croissance de l’achat via mobiles.

“On a presque doublé l’usage du smartphone à des fins d’achat, et de nouveaux usages autour de cet acte d’achat”, affirme Bruno Massiet du Biest.

“En termes de volumes, les smartphones représentent déjà 5% des ventes en ligne et plus de 2 milliards d’achats en France, soit une croissance là encore fulgurante.”

“On sait que le marché des Etats-Unis – un temps en avance sur le nôtre et qui préfigure notre réalité dans quelques mois – voit le comportement d’achat des consommateurs évoluer avec le boom des smartphones et une majorité des achats se concrétiser suite à une consultation depuis un smartphone, et plus simplement depuis le Net.”

Des attentes qui évoluent…

Les attentes des consommateurs en France évoluent avec le boom de la géolocalisation et du développement là aussi très rapide des cartes et autres coupons de réduction.

S’appuyant sur l’étude du SNCD déjà évoquée, le Président de Plyce considère que “les consommateurs veulent aujourd’hui davantage d’informations et de services pour faciliter leurs achats depuis leur mobile.”

Près de 70% veulent être informés sur les coupons de réduction ou les promotions, plus de 60% acceptent de recevoir des offres commerciales géolocalisées au cours de leurs déplacements et 8 consommateurs sur 10 disent souhaiter des applications mobiles dédiées à des programmes de fidélité.

Face à ces attentes, Plyce dit avoir une vision précise de la réponse avec une conviction de base : “Si le mobile est encore modeste dans l’acte d’achat, c’est d’ores et déjà un moyen privilégié pour faire venir les clients dans les points de vente. Et c’est en passe de devenir un moyen stratégique pour les annonceurs.”

“Notre réponse, poursuit Bruno Massiet du Biest, c’est le ‘shopping géolocalisé’. Soit le référencement de points de vente avec accès au catalogue et à la disponibilité des produits en magasins, c’est la mise en avant d’une information géolocalisée. C’est aussi la présentation des offres exclusives en magasin.”

“Notre modèle a fait ses preuves, aussi bien en France qu’à l’étranger”, assure le dirigeant de Plyce.

Lancée en 2010 par des entrepreneurs et des capitaux-risqueurs français (comme Jaina Capital, le fonds de Marc Simoncini), la start-up Plyce ambitionne en effet de devenir le leader de services de shopping géolocalisé en France après un repositionnement.

A l’image de Vouchercloud et Vouchercodes au Royaume-Uni ou de Shopkick aux États-Unis.

En deux ans, Plyce a noué des accords de partenariat avec 65 marques et enseignes nationales, mis en réseau 120 000 points de vente et référencé pas moins de 200 000 produits.

Et son audience déclarée atteint déjà les 2 millions d’utilisateurs.

Le Président de Plyce cite des campagnes qui témoignent de la validité du modèle et attestent de la performance, avec par exemple les campagnes menées par Bata (vente de chaussures) qui ont obtenu un ahurissant taux de conversion : entre 10% et 20% !

Une nouvelle version pour une application “tout-en-un”

La V3 qui doit enfoncer le clou, est disponible sur smartphones : iOS et Android représentent chacun 50% de la base des utilisateurs) et désormais Windows Phone.

Elle sera adaptée début 2013 pour le segment des tablettes tactiles.

En 2014, l’application devrait s’ouvrir à l’international.

Le slogan utilisé évoque “mon + shopping” avec une dimension d’application tout-en-un.

L’ergonomie de l’application permet un accès simple et fluide aux informations.

Construite autour de quatre écrans principaux permettant aux utilisateurs une navigation aussi intuitive que possible à grands renforts de glissements du doigt, l’application offre à l’utilisateur une vue d’ensemble des points de vente situés à proximité de l’endroit où il se trouve.

De quoi connaître instantanément leurs offres promotionnelles et d’utiliser des bons de réduction communiqués en exclusivité via Plyce.

Une vidéo de présentation de l’application sur iPhone :

Le modèle de distribution de Plyce
Disponible via les App Stores, l’application Plyce revendique pas moins de 700 000 utilisateurs directs. Mais des accords de partenariats signés avec SFR, Bouygues, Marie-Claire, Cosmo, 20 minutes et Sud-Ouest ont permis d’ajouter pas moins de 2 millions d’utilisateurs à partir d’une version spéciale de l’application. “Nous avons à l’autre bout, beaucoup d’enseignes nationales avec qui nous sommes partenaires”, indique  Bruno Massiet du Biest. Et notre ambition est d’aller plus loin dans ce référencement.”
Signalant que le “go to market” de Plyce est à la fois direct et indirect. La start-up dispose d’une force de vente directe (équipe commerciale Plyce composée de 4 personnes à ce jour) qui cible un millier d’enseignes nationales et 100 000 points de vente et d’une équipe gérant les ventes indirectes dédiées aux offres locales (via la presse quotidienne régionale principalement avec le groupe Sud-Ouest, des radios locales, …) sur une cible de 200 000 points de vente. “Le modèle Sud-Ouest doit être dupliqué avec d’autres médias”, affirme Bruno Massiet du Biest.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur