Poker en ligne : le groupe Partouche quitte la partie

Régulations
Partouche Poker

Le groupe Partouche évoque un environnement fiscal défavorable pour justifier l’arrêt, le 17 juin prochain,de son activité d’opérateur de poker en ligne.

A compter du 17 juin prochain, la SAS Partouche Gaming France n’exercera plus son activité d’opérateur de poker en ligne sur le site Internet accessible à l’adresse partouche.fr.

Fabrice Paire, président du directoire du groupe, est formel : “L’activité n’a aucune pérennité, à court et même à moyen terme“.

Plusieurs facteurs concordants ont motivé ce retrait.

La fiscalité, “déloyalement basse” en rapport aux casinos physiques, est au coeur du débat, tout comme la réalité d’un marché qui s’essouffle, miné notamment par une multiplication des “tournois sauvages”.

Et Fabrice Paire de déplorer que “le poker en ligne [ait] été [ouvert] à tout le monde“, au-delà des seuls exploitants de casinos.

Certains des sites qui se sont positionnés sur ce segment auraient, de l’avis du dirigeant, pris un avantage non négligeable sur les “pure players” en opérant “illégalement pendant des années depuis des bases étrangères“, avant l’autorisation du poker en ligne en France.

Et certains opérateurs agréés (Winamax et Pokerstars sont cités en première ligne) ont basé, sans entrave, leur siège social hors du territoire français, où la fiscalité est plus avantageuse.

Partouche, qui fut,voici bientôt trois ans, l’un des premiers acteurs à prendre position sur le marché des jeux en ligne, avait déjà, en fin d’année dernière, imposé un frein à l’exploitation du poker dans ses 45 établissements “physiques” de Métropole.

Programmée pour le 17 juin à 4 heures du matin, l’extinction du site Internet aura des répercussions sur les comptes d’utilisateurs, qui seront clos sans autre préavis.

Les joueurs titulaires d’un compte sur la plate-forme sont invités à migrer vers Mypok.fr, un partenaire qui utilise le logiciel de Partouche en échange d’une redevance.

Cette transition est sujette à l’approbation préalable de l’ARJEL. Y sont éligibles, les internautes qui disposent d’un compte vérifié.

Ceux déjà inscrits su Mypok peuvent opter pour le transfert de leurs avoirs, à l’exception notable de leurs points de fidélité et des bonus virtuels.

Les comptes “complets définitifs” qui ne souhaitent pas migrer verront leur solde créditeur reversé automatiquement sur le compte de paiement indiqué par l’envoi d’un RIB.

Les comptes “complets provisoires” peuvent obtenir, dans un délai de 5 ans, le versement des sommes, sous réserve de fournir une pièce d’identité et un RIB.

Cette cessation d’activité n’entraînera pas de modification de la liste d’autorisations dressée par l’Autorité de régulation des jeux en ligne. Y demeureront 20 opérateurs qui exploitent 31 agréments, dans le poker en ligne, mais aussi les paris sportifs et hippiques.

Un opérateur en a récemment été radié : France Pari Sportif (SAS Aubsail), qui a vu son agrément révoqué pour manquement à ses obligations légales en matière de sécurité informatique et de taux de retour aux joueurs.

Les cogérants Gérard et Denis Le Saint ont déposé un recours.

partouche_fermeture

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : maîtrisez-vous le paiement en ligne ?

Crédit photo : Berents – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur