Portail Internet : Time Warner lâche AOL jugé encombrant

Mobilité

Le groupe de communication effectue un recentrage de ses activités. Elle projette de couper le cordon avec sa division Internet en faisant appel à la Bourse.

A la manière d’un eBay cherchant à se débarasser de Skype, Time Warner veut rendre son indépendance à sa division Internet AOL. Quitte à passer par une introduction en Bourse. Le conseil d’administration du groupe américain de communication vient d’annoncer officiellement le lancement d’un processus visant à séparer les deux entités.

“Nous allons nous recentrer sur notre coeur de métier : le business du contenu”, déclare Jeff Bewkes, Président et P-DG de Time Warner, cité dans un communiqué de presse. “Cette séparation permettra aux deux sociétés de jouir d’une meilleurs flexibilité opérationnelle et stratégique.”

A moyen terme, AOL va donc prendre en main son destin en solo. Même si le groupe Internet pionnier a perdu de son aura, il possède encore des actifs intéressants à valoriser : une audience forte (107 millions de visiteurs uniques sur son réseau), une présence internationale, ses marques (réseaux de blogs, le réseau social Bebo), son savoir-faire en termes de gestion de la publicté en ligne (via la Platform A)…

Mais il est vrai qu’entre Google, Microsoft et Yahoo, la concurrence est rude et les résultats d’AOL demeurent insuffisants. En Europe, cette compétition acharnée a entraîné la dissolution du réseau Lycos.

Avant de procéder à la séparation des deux structures, il reste un point à régler : Time Warner doit racheter la part minoritaire acquise par Google dans AOL à la fin de l’année 2005 (5%). Cela devrait être réglé d’ici le troisième trimestre 2009.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur