Premier bilan sur l’accès des personnes handicapées à la téléphonie mobile

Mobilité

Après la signature d’une charte d’engagements en mai 2005, Bouygues Telecom,
Orange et SFR font le point sur les actions menées.

Une charte d’engagements pour faciliter l’accès des personnes handicapées à la téléphonie mobile avait été signée en mai 2005 par la Délégation Interministérielle aux Personnes Handicapées (DIPH), l’Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes (ARCEP) et l’Association Française des Opérateurs Mobiles (AFOM). Un premier bilan a été dressé. Il consolide les actions menées dans le cadre de la charte par les trois membres fondateurs de l’AFOM : Bouygues Telecom, Orange et SFR.

La charte avait pour premier engagement de proposer les téléphones mobiles les plus adaptés aux personnes handicapées. Les opérateurs ont ainsi sélectionné dans leur gamme les téléphones mobiles les plus adaptés à chaque type de handicap selon des critères définis avec les associations de personnes handicapées sous l’égide de la DIPH. Ces critères ont été complétés par des panels de testeurs. Les personnes handicapées prenaient en main les téléphones et les évaluaient selon leur handicap. 20 panels de testeurs ont été organisés entre mai 2005 et juillet 2006. Au final, 5 à 10 téléphones ont été sélectionnés pour les personnes aveugles ou malvoyantes, 5 à 10 pour les personnes sourdes ou malentendantes, 2 pour les personnes ayant une déficience d’élocution et 2 pour les personnes ayant une déficience motrice.

Autre engagement : proposer des offres favorisant l’autonomie des personnes handicapées. Il ressort que les logiciels de vocalisation des menus sont offerts gratuitement aux personnes aveugles ou malvoyantes. Les opérateurs proposent également des offres tarifaires dédiées telles que des forfaits visiophonie au prix de la voix ou encore des forfaits de SMS ou MMS à l’attention des personnes sourdes ou malentendantes. Enfin, des services gratuits sont offerts comme la facture en braille ou en caractères agrandis et les documentations commerciales en braille.

Troisième engagement : informer le grand public des offres destinées aux personnes handicapées. A cet égard, les téléphones mobiles sélectionnés pour chaque handicap sont signalés par des pictogrammes. Ils sont utilisés sur les sites web et dans les brochures commerciales des opérateurs. Les informations sur les offres sont diffusées sur des sites web et les magazines clients des opérateurs. 615 000 exemplaires de la charte ont été distribués dans les préfectures, les points de vente des opérateurs, auprès des associations et sur le site web de l’AFOM. Enfin, des outils de conseils dédiés aux personnes handicapées ont été mis en place dans les centres d’appels et une plate-forme téléphonique a été créée pour l’information des personnes handicapées et leur entourage.

Dernier engagement : inscrire les initiatives dans une démarche de progrès. Les offres et téléphones pour les malvoyants seront distingués de ceux pour les personnes aveugles et signalés par un pictogramme spécifique, le cécogramme. Les sites web des opérateurs seront rendus progressivement accessibles aux personnes handicapées. Les points de vente des opérateurs doivent répondre aux normes d’accessibilité pour les personnes handicapées. Enfin, les constructeurs de téléphones mobiles participent aux travaux conduits sous l’égide de la DIPH pour concevoir des téléphones encore plus adaptés à chaque type de handicap.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur