Procès Microsoft, Apple accuse

Régulations

Dans une déposition écrite très détaillée, Avie Tenavian, vice-président d’Apple, accuse Microsoft d’avoir usé de sa position dominante pour écarter la technologie QuickTime d’Apple du marché du multimédia sur PC.

Les 45 pages de la déposition effectuée par écrit par Avie Tenavian, vice-président d’Apple, dans le cadre du procès Microsoft, sont sans ambiguïté. Il y affirme qu’au mois de juin de cette année, soit un mois après que le gouvernement ait ouvert une plainte à son encontre, Microsoft invitait ses adversaires à rester à distance de l’environnement logiciel de Windows.

Microsoft aurait ainsi menacé Apple pour qu’il abandonne le développement de la technologie multimédia QuickTime pour la plate-forme Windows. Les déclarations de Tevanian sont surprenantes car Apple et Microsoft sont devenus partenaires en 1997 avec un contrat au terme duquel Microsoft a investi 150 millions de dollars dans Apple et s’est engagé à continuer de supporter le Mac.

En fait, les faits reprochés à Microsoft sont postérieurs à cet accord. Sa déposition commence par un rendez-vous survenu en avril 97 entre Tim Schaaff et Peter Hoddie d’Apple et Eric Engstrom et Christopher Phillips de Microsoft. La rencontre portait sur un accord de licence croisée concernant un codec multimédia ( un logiciel codeur-décodeur) jusqu’à ce que Microsoft fasse une proposition inattendue.

“M. Phillips et M. Engstrom proposèrent qu’Apple cède le marché des lecteurs multimédia à Microsoft et se concentre exclusivement sur le marché des outils de développement des fichiers multimédias utilisables par ces lecteurs”, écrit Tevanian. Apple refusa mais l’offre fut réitérée à maintes reprises au cours d’appels téléphoniques et lors de plusieurs rendez-vous dont le dernier eut lieu le 15 juin 1998.

Lors d’une rencontre en septembre 97, la demande fut accompagnée d’une menace plus explicite. Tevanian écrit : “M. Engstrom déclara que si cela était nécessaire Microsoft chargerait 150 ingénieurs de concevoir un outil de développement de fichier multimédias afin d’écarter Apple de ce marché.”

Engstrom aurait même dit à un dirigeant d’Apple au téléphone : “Je ne veux pas qu’il y ait de malentendus. Nous allons investir à fond le domaine des lecteurs multimédia et nous n’avons pas l’intention de laisser quiconque s’imposer sur ce terrain dans l’environnement Windows. C’est pourquoi il va vous falloir abandonner le développement des lecteurs multimédias sous Windows”.

Cette demande expresse aurait été faite seulement quelque semaines avant que la plainte antitrust ne soit déposée par le Ministère de la Justice américaine. Tevanian affirme aussi que tandis que Microsoft formulait ses menaces il pratiquait parallèlement une forme de sabotage dans Internet Explorer 4 en évitant dans certains cas de faire appel à la technologie multimédia QuickTime. Le vice-président d’Apple doit maintenant soutenir ses déclarations devant le tribunal.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur