Qualcomm lance des puces femtocell deux fois plus puissantes

Mobilité

Qualcomm a dévoilé de nouvelles puces femtocell permettant 32 connections simultanées. Intégrées au Wi-Fi, elles permettront de déployer plus facilement des réseaux 3G résidentiels et professionnels.

Istanbul – C’est aux portes de l’Asie, en Turquie, que Qualcomm a décidé d’organiser sa conférence annuelle 2011 pour y présenter ses dernières innovations. A laquelle nos confrères de Silicon.fr ont assisté.

Et avant même les premiers discours, le fabricant américain de processeurs annonce une nouvelle série de chipsets destinés au “femtocell“.

Pour mémoire, les femtocell sont des mini-antennes 3G résidentielles et d’entreprise qui prolongent le réseau mobile en tirant parti du réseau filaire à haut débit.

L’occasion pour les opérateurs et constructeurs de lancer une nouvelle gamme de services, notamment en matière de domotique ou pilotage à distance de sa ou ses résidences.

Qualcomm n’y échappe pas et annonce les puces tout intégrées (System-on-a-chip) FSM9216, FSM9816 et FSM9832 qui équiperont les stations modems “femtocell” (FSM) pour l’entreprise et le métro (et autres environnements nécessitant la 3G).

Ces circuits logiques permettront de construire des mini stations de base supportant jusqu’à 32 utilisateurs simultanés.

Un bond en avant au regard des solutions à 8 connexions simultanées proposées pour le marché résidentiel et le double des offres professionnelles actuelles.

Ces nouvelles plates-formes matérielles devraient permettre aux entreprises d’améliorer leur couverture de téléphonie mobile interne et aux opérateurs de déployer du réseau à peu de frais, par rapport à des stations de bases classiques, dans les zones mal ou pas desservies.

Ces nouveaux chipsets FSM seront livrés dans le courant du semestre.

Les “femtocell” pourront par ailleurs s’agréger aux autres réseaux sans fil, notamment le wifi. Qualcomm a ainsi conçu l’intégration des FSM avec les puces 802.11n Wi-Fi AR9350 et AR9344 de sa filiale Atheros.

Le marché devrait donc bientôt voir arriver des modems combinant 3G, wifi et Ethernet. La gestion de l’infrastructure réseau devrait s’en trouver simplifiée et nettement optimisée.

Paul Jacobs, PD-G de Qualcomm, à Istanbul.

Crédit photo : Qualcomm


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur