Qwant : le nouveau symbole de l’alliance technologique France – Allemagne

EntrepriseLevées de fondsStart-up
qwant-financement-BEI-france-allemagne
6 69

A travers la Banque européenne d’investissement, le moteur Qwant obtient un financement de 25 millions d’euros. Une vraie future alternative à Google ?

Sous la présidence Chirac, la coopération technologique franco-allemande avait été symbolisée par le moteur multimédia Quaero à la vie éphémère (2008-2013).

Désormais, sous l’ère Hollande, les projecteurs (et les espoirs) se tournent vers le moteur de recherche Qwant.

La Banque européenne d’investissement (BEI, soutenue par l’UE) apporte son soutien à la start-up franco-allemande à hauteur de 25 millions d’euros la start-up.

L’annonce du financement est intervenue en plein sommet du numérique France-Allemagne organisé mardi à l’Elysée.

Il s’inscrit dans le cadre de l’initiative Horizon 2020 de la Commission européenne, par l’intermédiaire du Programme « InnovFin – financement européen de l’innovation ».

Concrètement, il s’agit de financer des projets « recherche & innovation » sur mesure via des outils financiers (prêts) et de services de conseil censés faciliter l’accès au crédit pour les entreprises innovantes.

Lancé en 2013 par Eric Leandri et Jean-Manuel Rozan, Qwant est un moteur de recherche qui indexe, contextualise et classe les contenus du web, réseaux sociaux inclus.

Qwant est présenté comme une alternative au moteur Google. La start-up « s’engage sur des valeurs européennes essentielles : respect de la vie privée des utilisateurs, anonymisation des requêtes et neutralité des résultats ».

En juin 2014, le groupe de presse allemand Springer avait pris une participation de 20% dans le capital de Qwant.

Malgré ses sérieux ennuis antitrust en Europe, Google a encore de la marge au regard de sa position dominante sur le secteur de la recherche sur Internet : 95% de part de marché.

.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur