Réalité virtuelle : Oculus VR a cueilli deux jeunes pousses

Régulations
oculus-vr-rachats

La société à l’origine du casque de réalité virtuelle Oculus Rift s’offre deux start-up spécialisées respectivement dans le suivi des mouvements de la main et dans la modélisation 3D.

Oculus VR a revu ses ambitions à la hausse depuis son passage dans le giron de Facebook.

Fonctionnant comme une filiale au sein du groupe Internet de Mark Zuckerberg avec un effectif de plus de 200 employés et son propre centre de R&D, la société californienne conceptrice du casque de réalité virtuelle Oculus Rift est moins préoccupée par les impératifs financiers. En conséquence, elle multiplie les recrutements, les partenariats… et les acquisitions stratégiques.

Après avoir successivement mis la main sur Carbon Design Group (entreprise à l’origine de la manette officielle livrée avec les consoles Microsoft Xbox 360) et sur Raknet (moteur d’exécution dédié aux jeux en ligne), Oculus VR fait d’une pierre deux coups en rachetant Nimble VR et 13th Lab.

Basé à San Francisco depuis sa création en 2012, Nimble VR (anciennement 3Gear Systems) est actif dans le domaine de l’intelligence et de la vision artificielles. La jeune pousse a creusé le filon de l’apprentissage automatique pour concevoir une technologie capable de suivre et de modéliser les mouvements de la main… avec, selon Oculus VR, un avantage crucial par rapport aux offres concurrentes : une très faible latence.

Soutenu à hauteur de 2,2 millions de dollars en avril dernier dans le cadre d’un tour de table réunissant K9 Ventures, CrunchFund et la branche capital-investissement d’Intel, Nimble VR avait lancé une campagne de crowdfunding sur Kickstarter pour financer son projet. La levée de fonds a été interrompue parallèlement à l’annonce du rachat par Oculus VR.

13th Lab développe une tout autre technologie : s’appuyant sur une technologie initialement exploitée par la NASA dans le cadre de missions spatiales, la start-up (fondée à Stockholm en 2012) a élaboré une solution de “visites virtuelles” reconstituant des décors en 3D à partir de prises de vues. De quoi apporter des applications concrètes aux casques Oculus.

Oculus VR en profite pour s’attacher les services de Chris Bregler. Spécialisé dans la capture de mouvements pour l’industrie du cinéma et professeur en sciences informatiques depuis 11 ans à l’université de New York, cet ancien de HP a occupé des postes chez Disney et LucasFilm. Ses contributions à “Lone Star” et à “Star Trek Into Darkness” ont valu à ces deux films une nomination aux Academy Awards 2014, dans la catégorie “meilleurs effets visuels”.

Toutes ces démarches devraient favoriser la commercialisation, auprès du grand public, de la 3e version (“Crescent Rift”) du casque Oculus. Pas de feuille de route avancée pour le moment, mais il a été confirmé, début novembre dans le cadre du Web Summit 2014 de Dublin (Irlande), que la mise du produit sur le marché était “une question de mois”. Quelques indices laissent suggérer d’une disponibilité à la fin du 1er semestre 2015.

Au-delà de l’expérience immersive et stéréoscopique dans les jeux vidéo, Facebook entrevoit des usages dans la santé-médecine (consultation à distance) ou encore dans l’enseignement (cours interactifs en ligne).

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : quelles sont vos connaissances en matière de 3D ?

Crédit photo : page Facebook Oculus VR


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur