Résultats Google : bienvenue à Motorola mais où est Larry Page ?

Marketing

Google a réalisé un chiffre d’affaires en hausse de 35% sur le 2ème trimestre 2012, avec l’intégration de Motorola. Mais l’absence prolongée du CEO Larry Page est inquiétante.

Dans ses comptes, Google devra désormais intégrer ceux de Motorola.

Son acquisition (à 12,5 milliards de dollars) a été bouclée dans le courant du deuxième trimestre (le 22 mai précisément).

Le chiffre d’affaires consolidé de Google a augmenté de 35% entre avril et juin pour atteindre 12,21 milliards de dollars (+21% si l’on ne prend en compte que la croissance organique).

Google a généré à lui seul un chiffre d’affaires (publicité et autre) de 10,96 milliards de dollars (+21% par rapport à la même période l’an passé), dont une proportion de 69% à partir de l’exploitation de ses propres services Internet.

Le reliquat (si l’on peut dire à presque trois milliards de dollars) est attribué au réseau partenaire de Google (Google AdSense par exemple).

Le groupe Internet génère 54% de son chiffre d’affaires hors des Etats-Unis.

Autres indicateurs financiers : le résultat d’exploitation au deuxième trimestre 2012 s’élève à 3,2 milliards de dollars (soit 26% du CA, norme GAAP).

Le résultat net s’élève à 2,79 milliards de dollars (contre 2,51 milliards de dollars à la même période).

Bref, ça roule pour Google qui garde une trésorerie de 43 milliards de dollars à fin juin.

Son effectif grossit à vue d’oeil avec l’absorption de Morotola (54 604 collaborateurs à temps pleins, dont 20 293 émanant de l’équipementier télécoms).

Néanmoins, un mystère s’épaissit : l’absence remarquée du CEO co-fondateur Larry Page, qui souffre officiellement d’une extinction de voix.

Il n’a pas présenté les derniers résultats financiers, n’a pas participé à la dernière assemblée générale des actionnaires de Google (21 juin) et n’est pas apparu lors de la dernière session développeurs (Google I/O, 27 – 29 juin) au cours de laquelle la tablette Nexus 7 a été dévoilée.

Cela fait jaser dans la Silicon Valley et sur les marchés financiers.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur