Résultats Lenovo : un premier effet Motorola

Entreprise
lenovo-resultats-t4-2014

L’intégration des activités mobiles de Motorola se fait ressentir dans les résultats financiers de Lenovo pour le dernier trimestre de l’année 2014.

Le 31 décembre dernier, Lenovo achevait le 3e trimestre de son exercice fiscal 2014 décalé.

L’industriel chinois vient de publier un bilan financier – document PDF, 23 pages – qui surpasse les attentes des marchés. D’une année sur l’autre, le chiffre d’affaires augmente de 31 %, à 14,092 milliards de dollars ; les investisseurs s’étaient accordés sur une fourchette haute à 13,5 milliards.

Quoique en recul de 4,6 % à 253 millions de dollars (soit 2,32 cents par action), le bénéfice net dépasse assez largement le consensus. Lenovo a géré mieux que prévu l’intégration de Motorola Mobility, racheté pour 2,9 milliards de dollars auprès de Google.

Même constat pour la division serveurs x86 d’IBM : en mettant 2,1 milliards de dollars sur la table, le groupe high-tech basé à Pékin a pris la troisième place mondiale sur ce marché, derrière HP et Dell. D’après le CEO Yuanqinq Yang, la première année d’exploitation de cette nouvelle activité devrait générer 5 milliards de dollars de facturations.

Avec 16 millions de ventes entre le 1er octobre et le 31 décembre 2014 (soit + 4,9%, contrastant avec le repli de 3 % pour l’industrie dans son ensemble), le PC représente encore l’essentiel du chiffre d’affaires global. En l’occurrence 64,9 %, à 9,15 milliards de dollars. Lenovo a renforcé ses positions en Europe de l’Est pour atteindre une part de marché mondiale d’environ 20 %.

La division Entreprise, qui regroupe serveurs, stockage, logiciels et services sous les marques ThinkServer et System x, dégage environ 1,2 milliard de dollars, soit 8,7 % du CA de l’entreprise. Mais c’est bien sur le mobile que la progression est la plus significative : pour la première fois, Lenovo franchit la barre des 10 millions de smartphones livrés en trois mois.

En ajoutant les tablettes Android et les téléviseurs, l’activité génère un chiffre d’affaires en croissance de 109 % sur un an, à 3,39 milliards de dollars. En y associant les ventes de Motorola (officiellement intégré le 31 octobre), Lenovo atteint 6,6 % de part de marché sur les smartphones (+ 78 % entre 2013 et 2014).

Voué à se positionner en haut de gamme face à Apple et Samsung, Motorola devrait redevenir profitable à l’horizon 2016. La marque sera exploitée de façon stratégique pour couvrir certains marchés à l’international.

Lenovo regarde effectivement au-delà de la Chine (40 % de ses ventes à l’heure actuelle) et entend ainsi se différencier de concurrents sérieux comme Xiaomi, qui hésitent à s’exporter, notamment pour des questions de propriété intellectuelle.

Au 31 décembre, Lenovo conserve une trésorerie de 1,3 milliard de dollars, quand bien même ses dépenses en R&D ont plus que doublé d’une année sur l’autre, à 413 millions de dollars.

Si la Chine reste une locomotive avec 29 % du CA global (et 38,2 % de part de marché sur le PC), l’activité progresse aussi en Asie-Pacifique (+ 7 %, à 1,7 milliard de dollars), en zone EMEA (Europe – Moyen-Orient – Afrique ; + 40 %, à 4 milliards de dollars) et dans la région des Amériques (+ 88 %, à 4,3 milliards de dollars, tout particulièrement grâce à Motorola).

Crédit photo : Julia Kuznetsova – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur