Résultats Orange : un « effet fibre » en attendant la banque mobile

EntrepriseOpérateursRéseauxTrès haut débit
resultats-orange-t2-2017

Ayant décalé à la rentrée le lancement de sa banque mobile, Orange a un motif de satisfaction sur le début d’année 2017 : l’adoption de ses offres fibre.

La fibre gagne du terrain chez Orange.

Sur les 7,9 millions de foyers français que l’opérateur déclare avoir raccordés au 30 juin 2017, ils sont 1,69 million à avoir souscrit une offre ; soit 500 000 de plus qu’un an auparavant et 111 000 ventes nettes sur le 2e trimestre.

En plus de porter la croissance de la base d’abonnés au haut débit fixe dans l’Hexagone (+ 373 000 d’une année sur l’autre, à 11,035 millions), l’adoption de la fibre entraîne une augmentation du panier moyen.

Ce dernier passe de 33,40 à 33,80 euros, contrastant avec le léger recul – de 21,80 à 21,70 euros -qu’il enregistre sur le mobile, pour lequel Orange revendique, hors secteur entreprises, 21,622 millions de clients (- 124 000), dont 18,314 millions de forfaits (+ 466 000 ; les deux tiers incluent la 4G).

Combinée à la hausse des revenus sur les ventes d’équipements mobiles (+ 13,1 %, à 156 millions d’euros), la progression des services fixes (+ 1,1 %, à 2,572 milliards d’euros, dont 1,565 milliard sur la partie grand public) compense le repli des services mobiles (- 1,1 %, à 1,59 milliard). Si bien que le C.A. global pour la France est dans le vert pour un deuxième trimestre d’affilée, à 4,452 milliards (+ 0,5 %).

Convergence

Concernant les services mobiles, la base de comparaison est favorable, au vu de l’impact qu’avait eu la baisse des tarifs d’itinérance survenue en Europe au printemps 2016.

Sur le haut débit fixe grand public, 57,8 % des clients sont sur les offres convergentes Open – qui comptent par ailleurs pour 154 000 ventes nettes sur les offres mobiles, contre96 000 pour Sosh. La téléphonie classique, elle, poursuit son déclin, à – 10,1 % de chiffre d’affaires.

À base comparable, c’est-à-dire entre autres en excluant l’acquisition des sociétés Cellcom au Liberia et Tigo en République démocratique du Congo, Orange dégage, sur l’ensemble de ses marchés d’implantation, des revenus en hausse annuelle de 1,4 %, à 10,206 milliards d’euros.

Le marché espagnol y est pour beaucoup : + 8,8 % de C.A., à 1,337 milliard de dollars, avec 141 000 ventes nettes pour le très haut débit fixe (10,7 millions de foyers raccordables à la fibre) et 147 000 pour les forfaits mobiles.

L’indicateur est également au vert sur la zone Moyen-Orient – Afrique (+ 2,7 %, à 1,252 milliard d’euros), où Orange Money atteint les 10 millions de clients actifs.

Malgré une amélioration de tendance pour l’IT et les services d’intégration (+ 3,3 %) ainsi que les services de voix (+ 2,6 %, avec  néanmoins – 8,5 % pour la téléphonie classique), la branche Orange Business reste dans le rouge, avec des ventes en baisse de 1,3 %, à 1,819 milliard d’euros. Les – 3,5 % enregistrés sur les services de données l’expliquent pour partie, faute du renouvellement de certains contrats.

En attendant Orange Bank

À 4,509 milliards d’euros, la part des achats externes rapportée au chiffre d’affaires est quasi stable d’une année sur l’autre (-0,1 point). Les charges de personnel diminuent avec la réduction du nombre moyen de salariés équivalents temps plein. Même chose pour les frais de publicité et de promotion, Orange ayant notamment parrainé, l’an dernier, l’Euro de football.

L’Ebitda ajusté, en d’autres termes le chiffre d’affaires dont on a retranché les dépenses susmentionnées ainsi que les autres produits et charges opérationnels doublés des impôts et taxes d’exploitation, s’établit à 3,38 milliards de dollars, soit 33,2 % du C.A. (+ 0,3 point).

Malgré la perte opérationnelle de 14 millions d’euros attribuée à Orange Bank, dont le lancement en France se prépare pour la rentrée 2017 après plusieurs reports, le résultat d’exploitation du groupe atteint 1,506 milliard d’euros (+ 14 %).

À 830 millions d’euros, le résultat net est divisé par près de quatre, essentiellement à cause de l’effet de cession d’EE en janvier 2016. En s’en tenant au périmètre des activités poursuivies, il est en recul de 244 millions d’euros, avec une charge de 349 millions relative à la participation détenue dans BT Group*.

* Orange détenait, au 31 décembre 2016, une participation de 4 % dans BT Group, à l’issue de la cession de sa participation dans EE. L’opérateur avait consenti un engagement de conservation de ses titres qui avait expiré en janvier 2017. Depuis lors, il a décidé de céder 133 millions d’actions (1,33 % du capital) pour 433 millions d’euros et d’émettre, pour 517 millions de livres sterling, des obligations échangeables d’une maturité de 4 ans.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur